Michel Euler

Un nom, enfin bien connu, surgit dans l’affaire des attentats de Paris. D’après l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, la voix de Fabien Clain aurait été « très probablement » identifiée dans la vidéo de revendication de l’Etat islamique des attentats du 13 novembre. Une information confirmée dans la foulée par Le Monde et l’AFP, qui rapportent « des sources proches de l’enquête ».

Le « clan des Belphégor »
Un nom loin d’être inconnu des autorités: ce djihadiste français proche de Mohamed Merah, que ses proches surnomment « Omar », est considéré, rapporte le Monde, « comme un des principaux animateurs de la filière dite d »Artigat’, dans l’Ariège, au début des années 2000, et connu des services depuis dix ans ». Il est suspecté d’avoir « commandité l’attentat déjoué de l’église de Villejuif, tout comme le Belge Abdelhamid Abaaoud ».

En août dernier, plusieurs médias ont consacré un long article à Fabien Clain, ce toulousain d’origine réunionnaise, et à son frère Jean-Michel. Deux hommes convertis à l’islam à la fin des années 1990, et radicalisé en 2004. Libération expliquait notamment que les deux frères ne passaient guère « inaperçus dans leur quartier du Mirail ». À cette époque, les deux hommes dirigent un petit groupe « de jeunes militants salafistes composés de jeunes de cités et de convertis ». « Eux-mêmes ont épousé deux converties qui portant la burqa, ce qui leur vaut le surnom de ‘clan des Belphegor' », rapporte le quotidien. Avant de se rapprocher de la communauté islamiste d’Artigat dirigée par un autre Français, Olivier Corel.

La « tête pensante du groupe »
Les stages de « religion vraie » s’enchaînent. Les deux frères diffusent leurs convictions dans des appartements de leur quartier, et dans une salle de prière d’un foyer. Ils y prêchent « le djihad et leur haine des juifs et des Américains ». À l’époque, ils sont déjà surveillés par les RG. S’en suivent plusieurs longs voyages: les Pays-Bas, l’Égypte, puis un retour en France. En 2008, Fabien Clain est condamné à cinq ans de prison pour avoir aidé des candidats au djihad à se rendre en Irak. Son frère, en revanche, n’est pas inquiété. Comme l’écrit l’Express, « c’est dans le cadre de cette filière, dite d’Artigat, qu’il côtoie les frères Merah. Fabien Clain est alors qualifié de « tête pensante du groupe ». En 2012, quand Mohamed Merah commet ses meurtres à Toulouse, Fabien Clain est derrière les barreaux.

À sa sortie de prison, direction la Normandie. Puis, courant 2014, les deux frères embarquent pour la Syrie. De là, il reste en contact avec des aspirants-jihadistes en France et est considéré comme l’un des instigateurs de l’attaque avortée en avril contre une église à Villejuif, menée par le jeune Algérien Sid Ahmed Ghlam.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!