Getty Images Barack Obama, lors de son allocution dans le Bureau ovale, dimanche soir

Dans un rare discours prononcé dans le Bureau ovale, le président Barack Obama a promis dimanche soir que les États-Unis vaincraient la menace terroriste qui est entrée «dans une nouvelle phase», alors qu’il tentait de rassurer les Américains ébranlés par les récentes attaques à Paris et en Californie.

«Je sais qu’après tant de guerres, de nombreux Américains se demandent si nous faisons face à un cancer qui n’a pas de remède», a-t-il dit.

«La menace du terrorisme est réelle, a indiqué le président, mais nous allons la surmonter.»

Il n’a pas annoncé de changement significatif à la stratégie des États-Unis pour détruire le groupe État islamique (EI), soulignant à la fois sa confiance dans l’approche actuelle et l’absence d’options faciles pour contrecarrer le groupe extrémiste.

«La stratégie que nous utilisons maintenant – soit bombarder les terroristes, utiliser nos unités spéciales et aider les forces locales dans leur combat pour regagner le contrôle de leur territoire –, nous permettra d’atteindre une paix durable», a soutenu M. Obama, qui prononçait le troisième discours de sa présidence depuis le Bureau ovale, dimanche soir.

Le président américain a également appelé le Congrès républicain à appuyer un renforcement des efforts militaires en Irak et en Syrie.
«Si le Congrès croit que nous sommes en guerre contre État islamique comme moi je le crois, alors il nous permettra de poursuivre nos frappes aériennes contre lui», a-t-il indiqué.

M. Obama a cependant écarté toute intervention au sol de l’armée américaine, jugeant que les États-Unis devaient résister à l’envie de mener une «autre guerre longue et coûteuse».

«C’est ce que des groupes comme État islamique voudraient», a lancé le président.

«La liberté est plus puissante que la peur.» – Barack Obama, président des États-Unis, appelant ses concitoyens à se rappeler ce qui, selon lui, constitue le fondement des États-Unis, soit le respect de la dignité humaine.

Tuerie de San Bernardino

Le président américain, Barack Obama, est revenu sur le massacre commis à San Bernardino, perpétré par un couple dont la femme avait prêté allégeance à EI.

«Il est clair que ces deux-là […] avaient embrassé une version pervertie de l’islam qui appelle à la guerre contre l’Amérique et l’Occident, a affirmé le président. Il s’agissait d’un acte terroriste, mené pour tuer des innocents.»

M. Obama a toutefois mis en garde le pays contre les risques de stigmatiser la communauté musulmane pour l’agissement de seulement deux individus se réclamant de cette religion.

«Les Américains musulmans sont nos amis et nos voisins, nos collègues et nos athlètes – et oui, ce sont des hommes et des femmes en uniforme prêts à mourir pour défendre notre pays. Nous devons nous en rappeler.»

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!