AP Le prince William et l'explorateur Henry Worsley en octobre dernier.

LONDRES — Un aventurier britannique qui tentait de devenir la première personne à traverser l’Antarctique seul et sans aide est mort d’épuisement et de déshydratation.

Henry Worsley, un ancien officier de l’armée, se trouvait à moins de 50 kilomètres de la fin de son périple de 1600 kilomètres quand il a demandé à être évacué, vendredi.

Sa famille a annoncé lundi qu’il a succombé à la défaillance de plusieurs organes dans un hôpital de Punta Arenas, au Chili. Il avait été opéré la veille pour une péritonite bactérienne, une infection de la paroi abdominale qui peut mener à un choc septique.

L’homme de 55 ans avait franchi quelque 1450 kilomètres en 71 jours, en tirant ses vivres et son équipement sur un traîneau. Il tentait de compléter l’expédition transantarctique entamée par Ernest Shackleton il y a un siècle. Cette expédition a tourné au cauchemar quand le navire de M. Shackleton, Endurance, a été écrasé et coulé par la glace en 1915. M. Shackleton avait éventuellement rejoint une station baleinière pour demander de l’aide pour ses hommes, un acte dont l’héroïsme a été salué. L’ancêtre de M. Worsley, Frank Worsley, était membre de l’équipage de M. Shackleton.

La femme de M. Worsley, Joanna, a dit que l’expédition a permis de recueillir plus de 200 000$ CAN pour les soldats blessés. Le prince William, qui commanditait l’expédition, a dit que son frère, le prince Harry, et lui ont perdu un ami. “C’est un homme qui a témoigné d’un grand courage et d’une grande détermination, et nous sommes incroyablement fiers d’avoir été ses partenaires”, a déclaré le prince William.

M. Worsley a décidé d’abandonner vendredi, après avoir été incapable de quitter sa tente depuis deux jours. Il avait à ce moment déclaré être rendu au bout de son endurance. Son décès a été salué par la petite-fille de M. Shackleton, Alexandra, et par l’aventurier Bear Grylls.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!