Felipe Dana / The Associated Press Un travailleur de la santé montre des larves du moustique Aedes aegypti, qui transmet le virus Zika.

HELSINKI, Finlande — Un touriste danois qui avait visité le sud et le centre de l’Amérique est rentré au pays infecté par le virus Zika.

L’hôpital universitaire d’Aarhus a indiqué par voie de communiqué, mardi, que le patient souffrait d’une fièvre, de maux de tête et de douleurs musculaires. La virus a été décelé mardi.

L’hôpital n’a pas fourni plus de détails mais assure que le virus risque fort peu de se propager au Danemark, puisque le moustique Aedes aegypti qui le transmet n’est pas présent au pays. À Stockholm, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a confirmé que des infections ont aussi été décelées au Royaume-Uni et en Allemagne.

Un cas a également été confirmé en Suède l’été dernier. La patiente, une femme qui n’était pas en âge de procréer, avait été infectée en voyage, selon une porte-parole de l’agence suédoise de santé publique.

Le directeur de la Santé publique au Portugal a dit que cinq ressortissants ont été infectés par le virus lors d’une visite au Brésil. Francisco Jorge a déclaré au réseau RTP qu’un autre Portugais s’est “fort probablement” infecté en visitant la Colombie. Tous sont des adultes, a-t-il dit, sans fournir plus de détails.

Les pays européens ne sont pas tenus de déclarer les infections au virus Zika au ECDC. La communauté médicale vénézuélienne demande au gouvernement de faire preuve de plus de transparence dans ce dossier. Le ministère de la Santé n’a jusqu’à présent que confirmé la présence du virus au pays, sans fournir plus de détails. L’ancien ministre de la Santé estime qu’il s’agit d’une situation inacceptable et des organisations caritatives témoignent d’une hausse des cas de fièvre inexpliqués.

Le virus Zika a longtemps été considéré comme une maladie nuisible, puisque ses symptômes sont habituellement plus modestes que ceux de la fièvre dengue qui lui est apparentée. Une épidémie de virus Zika a toutefois maintenant été associée à une explosion du nombre de cas de microcéphalie au Brésil.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!