Salvatore Di Nolfi/The Associated Press Staffan de Mistura

Le délégué spécial de l’Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé le début officiel des pourparlers de paix entre le gouvernement syrien et l’opposition, lundi, espérant sauver un processus de paix déjà fragile et encourager les leaders mondiaux qui ont aidé à préparer les discussions à en faire davantage pour entraîner un cessez-le feu à cette guerre civile de cinq ans.

La simple arrivée d’une délégation du principal groupe d’opposition syrien, le Haut-comité des négociations (HCN), à Genève a suffi au délégué spécial, Staffan de Mistura, pour déclarer l’ouverture officielle des discussions, a-t-il dit. Les délégués de l’ONU ont entendu les préoccupations du HCN, lundi.

Mardi matin sera consacré à la délégation du gouvernement, puis M. de Mistura recevra de nouveau le HCN en après-midi. Son but premier est simplement de garder les discussions actives. Son objectif final est de pouvoir montrer un progrès concret aux Syriens.

Il a aussi tenté de changer le ton, en insistant sur le fait que ces négociations devaient être “différentes” de celles qui ont échoué en 2014. Le délégué spécial de l’ONU a également lancé un “défi” aux 17 pouvoirs internationaux et régionaux, menés par les États-Unis et la Russie, qui ont tenu en novembre l’importante rencontre à Vienne qui a permis de déboucher sur les discussions de Genève.

Ces dirigeants ont lancé un “message”, a dit M. de Mistura, qui demandait “le début d’une discussion sérieuse sur un cessez-le-feu” une fois les négociations commencées. “Invitons aussi ceux qui ont la capacité de discuter de cela à différents niveaux. Il est temps de parler d’un cessez-le-feu.”

Les pourparlers de Genève visent à mettre fin à un conflit civil qui dure depuis cinq ans et qui a tué 250 000 personnes et déplacé des millions d’autres, provoqué une crise de réfugiés sans précédent, mis de vastes régions en ruines et contribué aux gains territoriaux du groupe armé État islamique.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!