MOSCOU — Le gouvernement du premier ministre ukrainien Arseniy Iatseniouk a survécu mardi à une motion de censure au Parlement.

Le président ukrainien Petro Poroshenko avait précédemment demandé au premier ministre de démissionner, ce qui aurait fait éclater la fragile coalition qui gouverne le pays.

M. Poroshenko a lancé sur son site internet, mardi après-midi, que le peuple ukrainien a perdu confiance envers le gouvernement, puisque les échecs sont plus nombreux que les réussites.

Le porte-parole du président, Svyatoslav Tsegolko, a dit sur Twitter qu’il a aussi demandé la démission du procureur général Viktor Shokin.

La motion de censure contre M. Iatseniouk aurait pu faire voler en éclats la fragile alliance entre les formations des deux politiciens et entraîner le déclenchement d’élections, ce que les deux partis souhaitent éviter.

M. Iatseniouk s’est retrouvé à la tête du cabinet quand l’ancien président pro-russe a été chassé du pouvoir par des manifestations populaires en février 2014. M. Poroshenko a été élu à la présidence quelques mois plus tard.

Les querelles politiques et le manque de réformes ont vu le Fonds monétaire international menacer de priver l’Ukraine d’une aide financière dont elle a grandement besoin.

Le ministre de l’Économie, le réformiste Aivaras Abromavicius, a démissionné le 3 février en évoquant un manque de volonté au sein du gouvernement d’aller de l’avant avec des réformes. Il accuse aussi un lieutenant de M. Poroshenko de corruption.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!