Getty Images Un bulletin de vote portant le nom de 11 candidats républicains... alors qu’ils ne sont plus que cinq dans la course à l’investiture du parti.

La course à l’investiture républicaine a été égale à elle-même mardi soir – c’est-à-dire chaotique –, alors que les caucus du Nevada ont été émaillés d’irrégularités, un électeur allant même jusqu’à qualifier l’exercice de «désastre».

Plusieurs anomalies ont été relevées par des membres de la presse hier soir dans différents caucus, alors qu’un taux de participation élevé semblait avoir précipité les assemblées dans le chaos.

«Les choses deviennent laides par ici, a écrit sur Twitter le journaliste Jon Ralston. Cris, injures, désorganisation. Les gens en ont assez.»

D’autres reporters ont affirmé que les pièces d’identité des électeurs n’étaient pas vérifiées par les organisateurs. «Il y a un gars qui a voté Trump deux fois», indiquait la journaliste du site internet Mashable, Emily Cahn, sur Twitter.

Des bénévoles affichaient également leur partisanerie à l’endroit de Donald Trump, distribuant des bulletins de vote avec un chandail aux couleurs de son slogan «Make America Great Again». Ailleurs, des bulletins portaient encore le nom de candidats ayant abandonné la course il y a plusieurs semaines, comme Rand Paul ou Carly Fiorina.

«C’est un désastre», a même dit un électeur à Mme Cahn.

«Si vous voyez quelque chose de louche à propos des bulletins de vote, dites-le à la police.» – Donald Trump, encourageant ses partisans à la vigilance, hier, au cours de son dernier rally avant les caucus du Nevada. M. Trump dénonce depuis quelques jours les manœuvres «malhonnêtes» de son opposant à la course à l’investiture républicaine, Ted Cruz.

Dans d’autres caucus, l’affluence importante a pris de court les organisateurs, qui ont parfois manqué de bulletins de vote.

Le parti républicain a indiqué qu’il prenait ces allégations «très au sérieux» et que «chaque bulletin de vote serait vérifié».

Un enjeu : freiner Trump
Le Nevada constituait, pour les sénateurs de la Floride et du Texas, Marco Rubio et Ted Cruz, la dernière chance de freiner l’élan de M. Trump avant le «Super mardi» du 1er mars, où 12 États choisiront en même temps les délégués qu’ils enverront à la convention républicaine, en juillet.

M. Trump, qui a raflé le New Hampshire et la Caroline du Sud plus tôt ce mois-ci, caracolait largement en tête des intentions de vote au Nevada, récoltant 39 % des suffrages, selon le plus récent coup de sonde de la firme Gravis. Les premiers résultats n’étaient pas encore tombés à 23h45.

M. Rubio espérait profiter du désistement de Jeb Bush, survenu samedi dernier, en se présentant comme le seul candidat modéré capable de battre M. Trump. La route s’annonce cependant longue pour le jeune sénateur, puisque 17 % le sépare encore, à l’échelle nationale, de celui qui mène la course.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!