Michel Euler Manuel Valls. Michel Euler / The Associated Press

Le premier ministre français, Manuel Valls, s’est dit favorable à l’interdiction de porter le voile sur les campus universitaires du pays, dans le cadre d’un long entretien publié mercredi dans les pages du journal français Libération.

«Il faudrait le faire, mais il y a des règles constitutionnelles qui rendent cette interdiction difficile, a-t-il affirmé. Il faut donc être intraitable sur l’application des règles de la laïcité dans l’enseignement supérieur.»

Ces propos ont créé de la dissension au sein de son cabinet, plusieurs ministres se dissociant de l’opinion de leur patron.

«Il n’y a pas besoin de loi sur le voile à l’université, a riposté le secrétaire d’Etat français à l’Enseignement supérieur, Thierry Mandon, sur les ondes de RTL. Il n’y a pas de contagion du foulard, il y a des étudiantes qui ont tout à fait, parce qu’elles sont adultes, le droit de garder un foulard, le foulard n’est pas interdit dans la société française.»

M. Mandon a également précisé que «tous les présidents d’université [disent] qu’il n’y a pas de problème et que ce n’est pas utile de créer un problème là où il n’y en a pas.»

La ministre française de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, s’est également opposée à la position manifestée par le premier ministre mercredi sur RMC. «Va-t-on leur interdire l’accès aux universités parce que dans leur culture, il y a tel type vestimentaire? Je me réfère au principe de liberté […] parce qu’on a affaire à des jeunes majeurs.»

La conférence des présidents d’université a fait savoir sur Twitter que «la communauté universitaire est pour la liberté religieuse, politique, syndicale et opposée à l’interdiction du port du voile à l’université.»

Le port du voile intégral a déjà été interdit dans tous les espaces publics de France sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Le port du hijab ne fait cependant l’objet d’aucune loi particulière.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!