© Greg Baker / AFP Le siège futuriste de la télévision d'Etat (CCTV) à Pékin, surnommé «Grand Pantalon».

«Peur de ma femme», «Qu’est-ce que tu regardes»: la Chine vient de lancer une grande bataille contre les noms d’entreprises jugés fantaisistes ou trop longs, qui pullulent dans le pays.

Le journal chinois spécialisé dans le droit Legal Daily s’est amusé à lister certaines sociétés affublées d’étranges appellations en mandarin, parmi lesquelles «Ma femme est la plus grande» (commerce électronique) ou encore «Tu cherches des noises» (internet).

Le quotidien cite également l’exemple d’un fabricant de préservatifs pour qui la longueur, visiblement, compte: «Un groupe de jeunes gens avec des rêves et pensant pouvoir créer des miracles de la vie sous la direction de l’oncle Niu».

L’Administration étatique de l’industrie et du commerce a mis en place ces nouvelles restrictions courant août, prohibant également les noms d’entreprises jugés insultants, racistes, ou ayant des connotations politiques ou religieuses.

Dans le même ordre d’idée, le président chinois Xi Jinping avait appelé en 2014 à stopper l’essor des «architectures bizarres et grotesques», dans un pays où prolifèrent les curiosités urbaines.

Parmi elles, le siège futuriste de la télévision d’Etat (CCTV) à Pékin, avait provoqué lors de sa construction un torrent de sarcasmes, sa forme lui valant le surnom de «Grand Pantalon».

Aussi dans Nouvelles insolites :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!