Le journaliste irlandais Maitiú Ó Coimín a découvert que sa langue maternelle, le gaélique, était utilisée pour mettre en ligne de la pornographie sur le site de partage de vidéos.

Un groupe d’utilisateurs de YouTube a réussi à déjouer le système de censure du site de partage de vidéos, qui rejette tout matériel explicitement sexuel, en publiant de la pornographie sous des titres en gaélique. Maitiú Ó Coimín, un journaliste travaillant pour le site de nouvelles de langue irlandaise Tuairisc (terme signifiant «rapport»), l’a découvert après que son colocataire, un étudiant dans le domaine des médias, fut tombé par hasard sur des vidéos pornos en faisant une recherche sur YouTube pour un travail universitaire à l’aide du mot-clé «scannán» («film») et de son pluriel «scannáin». Le site de partage ignorait le problème, mais après que les vidéos eurent été signalées, il a rapidement pris des mesures. «Il s’agit peut-être de l’utilisation la plus inventive de ma langue maternelle que j’ai vue», s’exclame Ó Coimín en entrevue avec Métro.

Pouvez-vous nous dire exactement comment votre colocataire est tombé sur des vidéos pornos qui se cachaient sous des titres en gaélique?
Il étudie dans le domaine des médias. Il faisait un travail pour l’université et, à cette fin, il consultait de courts films sur YouTube. Comme l’irlandais est notre langue, il s’est naturellement servi de termes gaéliques dans sa recherche. À un moment donné, il m’a appelé pour me montrer ce qu’il avait trouvé. Je me suis dit que ça ferait un bon papier pour le site Tuairisc, pour lequel je travaille, alors j’ai regardé ça de plus près en utilisant des mots comme «scannán» et «gnéas» [NDT: «film» et «sexe»]. J’ai trouvé d’autres vidéos, puis j’ai rédigé un article sur le sujet.

Combien en avez-vous trouvé?
Environ une vingtaine sur quatre chaînes YouTube différentes. Je me souviens uniquement du nom de deux comptes: Soshonna Wheat et Agustin Whitman. Ils affichaient quelques centaines de visites – chiffre qui a grimpé un peu avec la publication de mon article – avant d’être fermés. Certains avaient un contenu légèrement érotique, tandis que d’autres abritaient des vidéos où les actes sexuels étaient plus qu’explicites.

Que pensez-vous de ceux qui ont utilisé l’irlandais pour cacher de la porno?
Il s’agit peut-être de l’utilisation la plus inventive de ma langue maternelle que j’ai vue! Même si je doute que le gaélique soit la seule langue à avoir servi ce genre de ruse pour publier des vidéos. Je serais étonné s’il n’y avait pas sur YouTube des vidéos similaires cachées sous des titres écrits dans des langues moins connues, comme le gaélique écossais, le luxembourgeois ou l’une des langues amérindiennes. Je suis content que mon article ait suscité un tel intérêt, car cela a permis à bien des gens de découvrir l’existence du gaélique, ce qui ne peut être que bénéfique pour nous.

Le site web de partage de vidéos vous a-t-il remercié?
YouTube n’a pas communiqué avec moi depuis la parution de l’article et je ne m’attends pas à ce qu’il le fasse. J’imagine qu’ils doivent composer avec de nombreux cas comme celui-là.

Entendez-vous lutter contre la pornographie sur YouTube ou d’autres services de vidéos à l’avenir?
Non, ce genre de combat m’intéresse peu. Je suis un journaliste dont la grande préoccupation est de fournir aux gens qui parlent gaélique des nouvelles et de l’information qui soient pertinentes pour eux. Si d’autres vidéos se retrouvent sur YouTube ou d’autres sites de langue irlandaise, je m’intéresserai à la chose et je la rapporterai, mais autrement, je n’irai pas pêcher dans l’internet à la recherche de porno!

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!