Getty Images/iStockphoto

Êtes-vous du genre à constamment vous plaindre de votre emploi?

Les faiblesses de votre employeur constituent-elles votre sujet de discussion préféré? Soupirez-vous bruyamment quand votre réveil vous indique que c’est jour de travail?

Si vous vous reconnaissez dans ces questions, pourquoi ne pas profiter de vos vacances pour faire le point sur votre situation professionnelle? Commencez par dresser la liste des pour et des contre de votre emploi actuel. Qu’est-ce que vous y appréciez? Qu’est-ce qui vous déplaît le plus? Vous arrive-t-il encore de vous sentir à votre place et d’avoir du plaisir au travail? Quand cela se produit-il?

Ensuite, demandez-vous ce que vous pourriez faire pour avoir plus de votre plaisir au boulot. Il suffirait peut-être d’une discussion avec votre patron pour que les tâches que vous aimez moins soient confiées à quelqu’un qui les adore. On ne peut pas être bon dans tout, et votre organisation souhaite probablement que vous vous concentriez sur les tâches dans lesquelles vous excellez.

Se pourrait-il que votre 
insatisfaction vienne des interactives trop fréquentes avec un collègue abrasif? Dans ce cas, que pourriez-vous faire pour limiter ces contacts ou en réduire les répercussions négatives? Vous pourriez peut-être demander de changer d’équipe ou planifier votre horaire de manière à éviter ces rencontres. Si cette personne vous harcèle, il est temps d’en parler à votre patron.

Si vous réalisez que vous êtes prêt pour de nouveaux défis, commencez par vous demander s’il n’y en a pas qui vous attendent chez votre employeur actuel. Pourquoi pas une nouvelle tâche ou un projet spécial? Vous a-t-on offert des formations auxquelles vous avez renoncé? Et si vous vous donniez une nouvelle chance?

Et s’il est évident que votre avenir est ailleurs, il est temps de vous doter d’un plan de match et d’agir au lieu de ruminer. Ce faisant, vous rendrez autant service à votre employeur actuel qu’à vous-même. Trouvez de la formation. Activez vos réseaux. Faites-vous des contacts. Vous n’avez pas à supporter un emploi qui n’est pas fait pour vous.

La vie est trop courte pour se sentir prisonnier ou assiégé jour après jour. Vous êtes fait pour vous réaliser.

Mais par-dessus tout, assurez-vous de garder le contrôle de votre existence. Ne retournez pas au travail parce que vous avez l’impression d’y être obligé. Si vous y retournez, c’est parce que vous l’avez décidé, que vous êtes prêt à donner une autre chance à cet emploi et que, si ce n’est pas possible, vous adopterez une stratégie différente. Même dans cet emploi, vous vous sentirez soudainement beaucoup plus libre.

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!