Si vous êtes du genre à vous plaindre, à toujours voir le côté négatif des choses ou à vous poser en éternelle victime, cette chronique s’adresse 
à vous.

Au fil des mois et des années, vos collègues vous ont associé au négativisme et il ne leur viendrait pas à l’idée de se tourner vers vous quand ils ont besoin de se faire remonter le moral. Et naturellement, ils s’attendent à la même chose au retour des vacances. Pourquoi ne pas les surprendre?

Et pour ce faire, vous n’aurez pas à changer du tout au tout. Rassurez-vous! Je ne vous demanderai que trois petites choses. Premièrement, imprimez un sourire sur votre visage et saluez les gens dès qu’ils passent près de vous. Ils n’en reviendront pas.

Deuxièmement, quand vous devez présenter un problème à un groupe ou à un patron, suggérez également une solution possible, tout en restant ouvert aux autres idées. Ils seront ébahis.

Et finalement, allez-y de quelques actes de gentillesse chaque jour. Ça n’a pas besoin d’être grand-chose. Il vous suffit de rester à l’affût des besoins de ceux qui vous entourent. Ils se le raconteront entre eux.

Et si vous arrivez à tenir le coup pour tout le prochain trimestre, vous ne tarderez pas à remarquer que l’attitude des gens changera à votre égard. Ils sembleront heureux de vous croiser le matin. Ils vous incluront spontanément dans toutes ces petites célébrations de victoire qui se vivent chaque jour. Et ils seront encore plus enclins à vous rendre service quand c’est vous qui en aurez besoin.

Est-ce de la magie? Pas du tout. En faisant preuve de gentillesse et de positivisme, vous provoquez chez les autres une réaction normale :
ils sont attirés par vous et vous apprécient davantage. Cela améliore votre réputation, la confiance que les gens vous portent et le désir de réciprocité que vous faites naître en eux. Du coup, vous devenez une personne qu’on a envie de côtoyer.

Alors, pourquoi ne pas tenter le coup en ce jour de rentrée au travail après les vacances de la construction? Ces trois petits efforts quotidiens pourraient changer votre vie au travail et les efforts que vous devez y mettre. Quand on se sent apprécié, le travail cesse d’être une corvée. Il devient autotélique. Cet apport positif ne tardera pas à avoir également un impact sur votre vie personnelle.

Mais ne me croyez pas sur parole : faites le test! Et si vous ne vous êtes pas senti visé par cette chronique, rien ne vous empêche de la piquer au babillard de la salle des employés afin que vos collègues moins positifs puissent la consulter!

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!