Votre vision du monde a un impact certain sur la manière dont vous l’appréhendez et sur les émotions qui vous habitent. Comment vous sentez-vous le plus souvent, quand vous songez à l’avenir?

C’est très agréable, pour un auteur, de devoir réviser les épreuves d’une réédition de son livre. C’est ce qui m’arrive cette semaine avec Faites votre C.H.A.N.C.E. Ça m’a permis de retrouver ce texte écrit en 2006 et de constater que je n’avais jamais partagé dans ces pages la notion d’émotion dominante. Quelle émotion vous anime le plus souvent au quotidien?

Selon la vision que vous entretenez de votre avenir, vous avez trois choix.

1. L’apathie

Certaines personnes ne pensent pas à leur avenir. En général, elles ne sont pas trop déçues par la vie : elles n’en attendent rien et n’en reçoivent rien. Elles ne réalisent qu’une faible proportion de leur potentiel et attribuent souvent leur absence de bonheur à la malchance. Elles vivent en mode automatique.

2. Le mécontentement

D’autres personnes, insatisfaites de leur sort, entretiennent l’image d’un avenir souhaitable. Constatant l’écart entre leur réalité et cette image, elles nourrissent des émotions négatives. Elles en deviennent malheureuses et ressentent un mélange d’envie et de jalousie quand elles croisent quelqu’un qui réalise ses rêves. Au fond, elles se disent : «Ah, le maudit chanceux!» Cette attitude renforce l’impression qu’elles sont elles-mêmes des perdantes.

3. Le mécontentement positif

Finalement, il y a des gens qui, bien qu’insatisfaits de leur réalité, font les efforts pour réaliser leurs rêves. Leur mécontentement est donc une source d’inspiration positive, d’où l’expression «mécontentement positif». Pour eux, la moindre victoire, le plus petit pas vers l’atteinte de leurs objectifs, constitue une occasion de célébrer et augmente leur degré de bonheur. Ils félicitent chaleureusement ceux qui réalisent leurs rêves, mais ils demeurent concentrés sur leur propre cheminement. Sans mécontentement positif, vous ne pourrez jamais faire fleurir votre chance.

Vous pouvez passer à un niveau supérieur mais, pour ce faire, vous devez choisir d’aller plus loin. Ça implique des choix et des efforts. L’absence de rêves ne mène nulle part. Le mécontentement plonge dans la dépression. Le mécontentement positif, quant à lui, pousse à l’action.

Alors, qu’en est-il pour vous? Quand vous vous tournez vers un avenir hypothétique, quelle émotion ressentez-vous? Vous programmez-vous pour le succès ou pour l’échec? Prenez garde à vos pensées; elles ont un impact certain sur votre future réalité. Qu’est-ce que vous scrutez? Les occasions de succès ou les défaites qui vous empêchent de réaliser vos rêves? Ce choix aura des conséquences sur la suite de votre vie.

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!