Métro Vous devez initier votre patron à la réalité du télétravail et l’accompagner alors qu’il apprivoise cette nouvelle manière de faire les choses.

Chaque semaine, notre chroniqueur répond à une question sur le comportement des patrons.

«Je suis préposée au service à la clientèle. Toute la semaine, je dois appeler les clients, m’assurer qu’ils seront là quand nos installateurs passeront et vérifier leurs coordonnées. Une fois par semaine, j’expédie notre bulletin électronique à nos abonnés. Je pourrais effectuer toutes ces tâches de chez moi. J’éviterais ainsi 90 minutes de transport et des embouteillages quotidiens. J’ai demandé à mon patron de me permettre de faire du télétravail, mais il ne veut rien entendre. Pourquoi?»

Vous connaissez le dicton «Loin des yeux, loin du cœur»? Eh bien, pour votre patron, c’est: «Loin des yeux, pas de résultats.» Deux raisons peuvent expliquer cette impression.

Premièrement, il est possible qu’il soit incapable d’imaginer qu’un employé à la maison puisse faire le travail aussi bien qu’un employé assis dans son bureau à cloisons. Il y a encore des patrons qui pensent vous payer pour les heures passées au travail, alors qu’ils devraient vous rétribuer pour les résultats que vous produisez. Si votre patron entretient cette impression, il est évident que personne ne fait du télétravail dans votre entreprise. Vous faites donc figure de pionnière, voire d’extraterrestre, en proposant une telle organisation du travail.

Deuxièmement, il est possible qu’il connaisse les avantages du télétravail, mais qu’il doute de vos capacités à bien travailler dans ce contexte. Dans ce cas, vous devrez faire la preuve que vous possédez tout ce qu’il faut, soit l’autonomie, la discipline, les connaissances techniques, le désir d’atteindre les objectifs, etc., pour faire partie de ceux qui peuvent adopter de ce mode de travail.

Que faire? Commencez par l’informer. Laissez traîner des articles portant sur des organisations qui ont misé sur le télétravail et qui en sont sorties gagnantes. Au fil du temps, il s’ouvrira à cette nouvelle réalité.

Engagez-le progressivement dans votre démarche. Je ne pense pas que vous vous y soyez bien prise en suggérant de passer en mode télétravail à temps plein dès le début. Proposez-lui une journée par semaine et donnez-vous au maximum ce jour-là afin de pouvoir lui communiquer tout ce que vous aurez réalisé à partir de la maison. Faites la preuve que vous êtes autant, sinon plus productive, quand vous travaillez de chez vous.

Finalement, demandez-lui de vous faire confiance. Suggérez une période d’essai d’un mois au terme de laquelle il prendra une décision définitive. S’il accepte et que vous pouvez prouver que vous êtes tout aussi productive à la maison qu’au bureau, il devra se rendre à l’évidence au terme de l’essai.

Bref, vous devez initier votre patron à la réalité du télétravail et l’accompagner alors qu’il apprivoise cette nouvelle manière de faire les choses. Le télétravail vient bousculer sa façon de voir l’accomplissement des tâches. Il est normal qu’il nourrisse quelques appréhensions. Prouvez-lui qu’il en sortira gagnant.

En résumé

  • Adoptez la politique des petits pas. Au début, proposez de travailler de la maison une journée par semaine.
  • Suggérez une période d’essai. À ses yeux, cela réduira les risques pouvant découler d’une mauvaise décision.

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!