Métro Nous vivons une ère où le travail en silo est révolu. Le déni et la pensée magique n’ont quant à eux jamais eu leur place dans le bon management.

Chaque semaine, notre chroniqueur répond à une question sur le comportement des patrons.

«Depuis des semaines, le climat de travail est pourri dans notre équipe. Les gens ne se parlent pas. Chacun fait ses affaires dans son coin. En conséquence, nous prenons beaucoup de retard. Pourtant, quand il parle à son supérieur, mon patron sourit, dit que tout va bien et ne laisse rien paraître. Il voit bien, pourtant, que nous sommes en crise!»

Vous vivez une situation dangereuse, très dangereuse même: le jour où la crise éclatera, la réputation de votre patron sera éclaboussée, comme celle de tous les membres de votre équipe.

Certains patrons vivent dans le déni et entretiennent la pensée magique. Ils refusent de constater ce qui va mal en espérant que le problème se réglera tout seul, tôt ou tard. Deus ex machina! Laissons les choses aller, elles finiront bien par s’améliorer! De plus, certains poursuivent des objectifs inconciliables, par exemple, en gérant en parallèle leurs tâches et leur carrière.

Il est possible que votre patron ait été chanceux par le passé, mais vous savez que votre équipe a pris du retard et qu’elle ne respectera vraisemblablement pas ses échéanciers. Que faire sinon prendre les choses en main?

Commencez par aviser votre patron que, au-delà du travail de l’équipe, c’est sa carrière qui est en jeu ici et qu’elle en souffrira si son supérieur se rend compte qu’il a été berné. La transparence, même si elle n’est pas toujours agréable, est de mise dans une évaluation de la performance.

Ensuite, tentez de conscientiser les membres de votre équipe. Faites réaliser à vos équipiers que le travail d’équipe est une compétence personnelle qui se construit avec le sens des responsabilités de chacun. Invoquez les impacts possibles d’un échec et invitez chacun à donner un coup de main afin de remettre le projet sur rail. Quand vos collègues comprendront qu’ils ont quelque chose à perdre si l’équipe frappe un mur, leur «esprit d’équipe» sera sans doute activé.

Une fois la crise passée, suggérez que vos collègues et vous receviez une formation sur le travail d’équipe. Nous vivons dans une ère où le travail en silo est révolu. Le déni et la pensée magique n’ont quant à eux jamais eu leur place dans le bon management.

Aussi dans Au boulot! :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!