Collaboration spéciale Medhi Benboubakeur

Mehdi Benboubakeur est l’un des milliers d’immigrants qui façonnent concrètement le Québec de demain dans un total anonymat, loin des manchettes sensationnelles et du verbiage.

Originaire d’Algérie, il est né – je le présume à la blague – avec un plan d’affaires dans les mains, a remercié la sage femme et s’est enquis de la santé de sa maman et de celle de l’équipe qui l’a mis au monde.

Je n’exagère pas. J’en ai rencontré des nouveaux arrivants depuis ces dix dernières années où j’ai œuvré dans le milieu de l’intégration socioprofessionnelle et en affaires des immigrants, et Mehdi est un cas très spécial. Je l’ai rencontré il y a huit ans. J’étais son conseiller en recherche d’emploi. Il était vif et saisissait l’information plus vite que son ombre. Le client idéal.

Ingénieur de formation, Mehdi est tombé, dès le début de sa carrière, dans la marmite des affaires en gérant avec brio sa propre compagnie de publicité. Ambitieux, il aspirait à plus d’espace et de liberté, d’où sa venue au Québec.

Je me rappelle notre première rencontre. À la question «quel est votre objectif de carrière?», il m’a lancé du tac au tac : «Je veux être cinéaste comme les Lucas et Coppola», rien de moins! Connaissant la galère dans laquelle pataugent la plupart des jeunes cinéastes d’ici, j’ai essayé de lui proposer un compromis! Que nenni! Obstiné, il a décidé de suivre une formation à distance.

Son diplôme de réalisateur en poche, il avait déjà l’idée d’un court métrage. «Molotov» a vu le jour avec zéro budget, et bien sûr, Mehdi a réussi facilement à m’embarquer bénévolement, comme d’ailleurs toute l’équipe de tournage, dans son projet. Car Mehdi est un rassembleur dans l’âme!

Le court métrage a fait son bout de chemin, mais il n’était pas possible à Mehdi de vivre de son art. Alors, j’ai embarqué avec lui dans une autre aventure, «Réussir ici», le premier magazine gratuit destiné aux immigrants pour réussir leur intégration. Alors que j’étais responsable de la rédaction et des pigistes, lui, s’occupait de tout, sauf le site web. Administrateur, financier, commercial, photographe, infographiste, distributeur et j’en passe.

Devenu chargé de communications à la Conférence régionale des élus de Montréal, on a mis sur la glace «Réussir ici». J’ai cru qu’il allait se calmer. Que non! Même si son travail lui bouffe beaucoup de temps, Mehdi a réussi à maintenir un régime professionnel infernal en pilotant en parallèle une dizaine d’autres projets bénévolement pour faire bouger les choses ici, sans flafla. Idéaliste, mais pragmatique, il s’est donné comme mission de vie de rapprocher les gens, le tout en prenant soin de ses trois enfants avec l’aide inestimable de son épouse qui l’a accompagné dans son périple québécois!

Le cerveau de Mehdi est en effervescence perpétuelle. On dirait que les idées et les projets déchaînent un embouteillage monstre dans sa tête. Alors, tout récemment, il m’a informé qu’il était sur un énième nouveau projet. J’ai failli hurler, mais avant de piper mot, il m’a balancé son argument de vente. Avec l’un de ses amis, ils viennent de lancer Yingo!

En un mot, cinq alphabets et un trio, il a résumé sa mission de vie. Faire économiser des sous aux gens grâce à l’achat groupé tout en offrant des promotions sur des produits et services santé, le tout, en versant 10 % des gains à des œuvres de charité de chez nous. Yingo!

Pour découvrir Yingo, c’est ici!

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!