Si je m’adresse à vous aujourd’hui, ce n’est pas seulement parce que les commentateurs vedettes répètent inlassablement qu’être musulman, c’est être contre les valeurs québécoises, alors que
c’est archifaux.

Loin des débats sensationnalistes, les valeurs québécoises ont été consignées dans une Charte des droits et libertés de la personne. Celle-ci défend, entre autres, l’égalité homme-femme, mais aussi la liberté de conscience.

Certes, une société pourrait démocratiquement décider d’interdire cette liberté de conscience. Mais il faut faire le deuil d’une démocratie libérale pour vivre dans une société qui limite les libertés individuelles.

Si je m’adresse à vous aujourd’hui, ce n’est pas non plus parce que nos politiciens, dans une quête effrénée du parfait bouc émissaire, attisent les peurs et gonflent à bloc la meute sur les ondes. C’est presque un appel quotidien à la vengeance contre les musulmans.

Si je m’adresse à vous aujourd’hui, c’est que l’heure est grave. L’appel à la vindicte contre les musulmans met en danger tout le Québec. Toute proportion gardée, c’est une tentative méticuleuse pour détruire notre société par la même méthode qui a fait ses preuves auparavant. Des sociétés civilisées et évoluées, comme l’Allemagne distinguée et raffinée des années 1930, ont succombé à la haine.

Au Québec, à cause de la pensée paresseuse qui nous consume, le discours qui prône la primauté du droit, la solidarité et la conciliation dans la confiance n’attire plus les foules comparativement au discours identitaire primaire qui prophétise le choc des civilisations et la loi et l’ordre.

Ce prêche insidieux s’est longtemps propagé sur les médias sociaux avant de devenir banal dans nos médias de masse. Beaucoup de gens y croient. Il n’est plus virtuel, car il a déjà des conséquences réelles qui alimentent nos manchettes.

Nos seuls remparts contre une flambée de violence, c’est vous, les intellectuels et les artistes, car vous avez un pouvoir énorme. Devant une telle tragédie programmée, votre silence accélérerait la soumission de notre société au plan machiavélique des terroristes.

Comme dirait Boris Cyrulnik, un des fondateurs de la psychiatrie, ce n’est que par la solidarité armée que nous aurons notre salut. Autrement dit, s’armer d’abord intellectuellement.

Il faut expliquer à la majorité des gens, quelles que soient leurs croyances, que la laïcité n’est pas une contrainte à éliminer le croyant. Dans une société laïque, nous sommes tous égaux devant la loi.

Devant la démission de nos politicards, il faut que vous montiez aux créneaux. Pour combattre l’obscurantisme djihadiste et son corollaire, la haine envers les musulmans, nous n’avons que la culture.

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!