Un gouvernement angoissé par sa cote de crédit qui serre la ceinture, un peuple inquiet qui se met en colère, des gens qui s’en prennent à l’«étranger» et la loi et l’ordre s’occupe du reste.

Le constat est amer, mais néanmoins vrai. Avec une dette de 190G$, soit 50% de notre PIB, et 12G$ payés en taux d’intérêt, l’endettement plombe nos finances. Nous sommes alors dans la ligne de mire des grandes sociétés de notation qui brandissent constamment la menace de réduire notre note.

Pour ne pas perdre la confiance des marchés, notre gouvernement «s’impose» un ménage dans nos finances. Il sort la hache et sabre grossièrement les «vaches sacrées» de la santé et l’éducation.

Après un premier budget du gouvernement Couillard très pénible, son deuxième va être encore plus dur à avaler par monsieur et madame Tout-le-Monde! Les syndicats sont en mode panique et, comme une traînée de poudre, leurs milliers d’affiliés vont sombrer dans l’angoisse.

Des lendemains incertains pointent à l’horizon. Désormais, nous avons changé de modèle social et économique pour de bon et l’austérité semble demeurer pour longtemps.

Durant ce temps-là, la chute des prix du pétrole plonge l’Alberta dans la crise avec un déficit de 5G$. Ottawa se prive ainsi de surplus tant attendus destinés à être convertis en bonbons durant la campagne électorale fédérale de l’automne prochain.

Indéniablement, le gouvernement Harper brandit l’idéologie de la loi et l’ordre, entre autres, en plus d’instrumentaliser la lutte au terrorisme, la guerre au groupe armé l’État islamique et l’affaire de la burqa.

Pourtant, la loi et l’ordre ni les politiques d’austérité ne nous assureront des croissances économiques suffisantes dans les années à venir. Dans Bienvenue au siècle de la diversité Jean-Louis Roy démontre avec justesse comment notre monde ne vit pas un changement, mais une rupture, car un tsunami économique et technologique déferle sur la planète. Il bouleverse tout ce qu’il touche, et il touche à tout!

L’Occident sombre dans des crises financières et économiques, alors que la richesse s’est déplacée vers l’est de notre planète, surtout en Chine! Telle est notre réalité, dans un monde où les riches fructifient leur richesse à l’abri des paradis fiscaux et où 85 milliardaires gagnent plus d’argent que 4,5 milliards de Terriens.

Déjà, en 2009, les agences européennes de défense des droits de l’homme ont attiré l’attention sur l’impact négatif de la crise économique sur la montée de la xénophobie envers les populations les plus vulnérables. Récemment, ces agences sont montées au créneau pour renforcer les valeurs menacées par le discours de haine.

Au Québec, la joute politique autour de l’austérité combinée au discours de la loi et l’ordre et à la stigmatisation des immigrants, particulièrement les musulmans, forment un cocktail explosif qui a forcément ouvert la voie à l’apparition de PEGIDA (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident), une frange raciste de la population qui cultive encore plus la haine et qui planifie une manifestation à Montréal samedi. Attachez vos tuques!

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!