Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne Stephen Harper

Stephen Harper a beau être le premier ministre du Canada, il n’est pas représentatif de la majorité des Canadiens. Les affaires Duffy et Aylan le prouvent encore et encore!

Dans l’affaire Mike Duffy, le témoignage de Nigel Wright, l’ancien chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper a été le comble de la langue de bois. Pour ainsi dire, le cabinet du PM s’est converti en une simple succursale du parti conservateur et aurait ainsi manœuvré pour protéger Duffy.

Dans l’affaire des migrants, alors que le destin tragique du petit Aylan a secoué le monde entier, au lieu de se concentrer sur une piste de solution viable pour épargner un sort épouvantable à la marée humaine qui «envahit» l’Europe, Stephen Harper a eu le culot de marteler que pour aider les migrants, il faut aussi vaincre l’État islamique.

Dans la forme, ce n’est pas digne d’un premier ministre du Canada, car c’est une façon honteuse de tirer profit d’une crise humanitaire pour vendre sa vision du tout sécuritaire, de la loi et de l’ordre pour ainsi justifier son éternel empressement de concocter des lois décriées par d’éminentes personnalités.

Justement, dans cette crise à n’en plus finir qui déchire le Moyen-Orient, les exactions et la barbarie de l’État islamique ne sont que des symptômes. Il n’y a aucun doute là-dessus, mais Stephen Harper ne rate aucune occasion pour titiller sa base électorale!

Hélas, depuis son arrivée au pouvoir, Stephen Harper n’a de cesse de se comporter plus comme le chef des conservateurs du pays que celui de tous les Canadiens.

Et qu’on se le tienne pour dit, être conservateur n’est pas une maladie, c’est une vision du monde qui, même si je ne la partage pas, a sa place dans une démocratie comme la nôtre pour contrebalancer le pouvoir.

En effet, le Canada est un pays riche, un pays d’immigration depuis sa fondation, un pays humaniste, un pays épris des valeurs de la paix, de l’égalité, de la fraternité et du respect envers tous.

Cette position privilégiée impose au Canada plus de responsabilités aux niveaux national, régional et planétaire. Hélas, depuis qu’il occupe le 24, promenade Sussex, à Ottawa, Stephen Harper s’évertue à imposer sa vision conservatrice au reste du pays, même si, en nombre de voix récoltées, une majorité écrasante de Canadiens n’a pas voté pour lui. On parle de plus de 60 % des Canadiens qui méritent mieux!

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!