Adrian Wyld/La Presse Canadienne De gauche à droite : Gilles Duceppe, Stephen Harper, Thomas Mulcair, Elizabeth May et Justin Trudeau

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Stephen Harper est un magicien de l’urne. Sans forcer, il arrive à battre ses adversaires avec une seule arme : le marketing politique.

Oubliez la culture, l’environnement, la santé, le chômage ou tout autre dossier important qui risque d’hypothéquer l’avenir du Canada, car deux sondages assureront une victoire à notre premier ministre sortant : une majorité écrasante de Canadiens est contre le niqab et une autre est prudente vis-à-vis des réfugiés syriens!

Voilà un premier ministre guidé par les principes évangélistes qui affectent directement des politiques aussi variées que l’avortement et les changements climatiques, un politicien apprécié par des alliés pro-vie qui sont contre le droit des femmes de faire leurs propres choix en matière d’avortement. Mais, abracadabra, Harper se vante d’être le défenseur des femmes.

Voilà un premier ministre qui n’a pas voulu légiférer contre le niqab, alors qu’il était à la tête d’une majorité confortable durant quatre ans. Pire, il considère l’Arabie Saoudite comme un allié à qui il vend des blindés, des armes utilisées pour mater la dissidence dans un pays qui impose un apartheid institutionnalisé contre les femmes. Mais, abracadabra, Harper se présente au peuple comme le défenseur des valeurs québécoises et canadiennes!

Voilà un premier ministre qui, pour supposément notre sécurité, nous impose une vision suffocante de la loi et l’ordre au détriment de nos libertés, qui envoie notre armée combattre le groupe armé État islamique sans aucun plan clair, mais qui refuse de venir en aide à des réfugiés qui fuient leur terreur. Mais, abracadabra, il se présente comme notre sauveur contre les barbares!

Avec sa maîtrise du marketing politique, Stephen Harper est capable de semer la pagaille dans la tête des électeurs pour gagner sans rien leur offrir de tangible en retour.

Par exemple, sur le niqab, un phénomène, certes sensible, mais marginal — une cinquantaine de Québécoises porteraient le voile intégral –, Citoyenneté et Immigration Canada permet déjà à une femme voilée intégralement de s’identifier en privée devant une agente avant d’assister à la cérémonie de citoyenneté.

Ainsi, c’est Stephen Harper, dont le quart des candidats se disent pro-vie, qui reçoit le soutien du groupe Campaign Life Coalition, mais, abracadabra, ce sont les progressistes Thomas Mulcair et Justin Trudeau qui sont perçus comme les ennemis des femmes. Même l’expérimenté et redoutable débatteur Gilles Duceppe paraît inoffensif à ses côtés. Le comble.

Alors, sauf revirement spectaculaire dans les prochains jours au sujet des réfugiés — comme ce fut le cas avec la photo du petit Aylan — ou une révélation sulfureuse sur une accointance secrète du gouvernement conservateur avec la famille royale saoudienne, Stephen Harper rempilera pour un quatrième mandat. Alléluia!

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!