En 2013, sans s’appuyer sur des faits, les Janettes ont défrayé les manchettes pour défendre les Québécoises contre une supposée invasion du voile. En 2015, avec des cas documentés d’abus sur des femmes autochtones, les Janettes sont muettes!

Il y a deux ans, presque jour pour jour, l’auteure Janette Bertrand a pris la tête du mouvement des Janettes pour adopter une charte des valeurs québécoises et contrer l’asservissement de musulmanes par le voile.

Pour expliquer ce combat, Mme Janette s’est contentée de se baser sur des supputations anecdotiques, irréelles, voir imaginaires! Elle était dans le «on m’a dit» et dans la fiction. C’était le début d’une vaste opération de siphonnage de vote engagée par le Parti québécois.

Sans aucune étude, ni enquête prouvant l’existence même d’un seul cas où une Québécoise porte le voile à son insu, on a traîné dans la boue plusieurs femmes qui n’ont cessé de revendiquer leur liberté de porter un signe religieux.

Qu’on se le tienne pour dit, personne au Québec ne revendique l’inégalité entre les femmes et les hommes. Et si par malheur on a la preuve qu’une musulmane est sous l’emprise de quiconque, il faut que notre justice sévisse sans pitié.

Deux ans plus tard, à Val-d’Or, on a des cas documentés de femmes autochtones qui seraient à la merci de certains policiers de la Sûreté du Québec (SQ).

On parle de 14 dossiers qui ont été ouverts par la SQ pour des allégations d’abus de pouvoir. Huit policiers ont été rencontrés par des enquêteurs dans une petite ville qui en compte cinquante. C’est énorme!

Aujourd’hui, grâce à la rigueur de l’émission Enquête de Radio-Canada, des femmes ont brisé le silence et nous ont mis collectivement face à nos travers! Médusés, on a vu le témoignage de femmes autochtones qui seraient battues, humiliées et agressées sexuellement dans l’anonymat le plus complet!

Dans la foulée, un petit florilège recueilli dans nos médias nous a rappelé l’ampleur du drame de ces femmes autochtones. On parle des taux anormalement supérieurs à celui du reste de la population en ce qui concerne les disparitions, les assassinats, la natalité, la grossesse chez les adolescentes et le nombre de familles monoparentales dirigées par des femmes.

Devant ces faits criants, a-t-on eu une sortie médiatique de la part de Mme Bertrand ou l’une de ses Janettes? A-t-on eu leur appel à la solidarité quand de nombreuses voix réclamaient une commission d’enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées à travers tout le Canada? On parle de 1200 cas!

Où sont les Janettes pour tendre la main à nos concitoyennes autochtones?

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!