Quand les monstres de Daesh – l’acronyme arabe qui désigne le groupe État islamique – réduisent horriblement des minorités à l’esclavage sexuel, des voix au Québec montrent du doigt l’islam!

Aucun discernement n’est pris en compte pour expliquer cette dérive sectaire minoritaire dans le monde musulman. Rapidement, même des intellectuels de renom s’insurgent contre l’islam et tous les musulmans.

Pourtant, même chez nous, ici au Québec, la traite des femmes est monnaie courante. La violence faite aux femmes par des hommes monstrueux l’est aussi. Et la culture du viol et de la pédophilie fait les manchettes année après année.

Si ces crimes monstrueux font partie de notre quotidien, faut-il montrer du doigt la culture québécoise et son passé judéo-chrétien? Bien sûr que non!

Cela dit, nous n’avons pas le droit de sombrer collectivement dans le déni quand ces monstres sont dans notre cour arrière, quand on crie aux loups alors qu’ils le sont chez l’autre!

Sinon, comment expliquer cette énième histoire incarnée par plus de trente filles fragiles du Centre jeunesse de Laval qui ont été victimes de l’exploitation sexuelle, en 2015, dans des lieux de débauche en plein centre-ville de Montréal?

Sinon, comment peut-on expliquer le scandale de l’affaire Jian Ghomeshi qui a déclenché une avalanche de témoignages via les médias sociaux pour aider enfin plusieurs Québécoises à parler des agressions sexuelles qu’elles ont subies?

Sinon, comment peut-on expliquer l’affaire de Marcel Aubut qui a sévi contre des femmes avec une impunité déconcertante au sommet du comité olympique canadien?

Sinon, comment expliquer le fléau des drames familiaux mis en lumière par l’affaire Guy Turcotte et qui ciblent en premier les femmes et les enfants?

Sinon, comment peut-on expliquer les sévices et les viols systémiques imposés aux femmes autochtones, notamment par des policiers?

Sinon, comment peut-on expliquer la pandémie de la pédophilie au Québec récemment médiatisée par l’affaire du Club des 14 pédophiles? Une épidémie qui frappe l’Église catholique depuis belle lurette. Le Vatican lui-même reconnaît que 6 % de ses prêtes à travers notre planète sont pédophiles.

Si, ici, au Québec, des montres sévissent dans l’une des contrées les plus riches, les plus avancées de notre planète, où l’éducation, l’information, la liberté, la santé, les soins sociaux et la sécurité sont en principe garantis à tous, à quoi peut-on nous nous attendre des mêmes monstres dans ce Far West que sont devenus la Syrie et l’Irak?

Quelle est la différence entre une meute de monstres djihadistes qui «achètent» aux enchères de pauvres petites Yazidis dans ces zones de non-droit et leurs semblables à cravates qui se payent des mineures dans des hôtels qui ont pignon sur rue au centre-ville de Montréal?

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!