AP

Après avoir connu plusieurs attentats terroristes en plus d’un an, la classe politique et les médias français donnent l’impression que leur pays est véritablement en guerre.

Avec les attaques terroristes qui ont meurtri les villes de Paris et de Nice, les scènes de guerre qui ont été captées par les caméras des chaînes d’information en continu laissent le public bouche bée.

Les armes automatiques, les explosions, les interventions musclées de forces spéciales en plein centre-ville, les civils blessés qui se traînent pour fuir les carnages, les cadavres jonchés sur le sol et les secouristes dépassés plongent le public dans des scènes de guerre en direct.

Comme il fallait s’y attendre, dans un excès de zèle dicté par la chasse aux cotes d’écoute, rapidement, les commentateurs ont statué: la France est en guerre. Dans la foulée, les politiciens opportunistes ont conforté ce constat. La paranoïa du public assurée.

En effet, si le président de la République française, François Hollande, le premier ministre, Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le répètent à chaque attentat ou lors d’arrestation de présumés terroristes, c’est que c’est vrai!

Et pire, si les médias ne cessent de radoter que la France fournit à l’État islamique son plus grand contingent de soldats occidentaux, sauve qui peut!
Heureusement, devant ce discours pessimiste, un homme a su rappeler le contraire au public français lors de la dernière journée du Tour de France (TDF).

Ce jour-là, lors du reportage en direct de France télévision, dans un commentaire simple et limpide, l’écrivain français, Régis Debray, a rappelé que malgré les apparences, la France n’est pas en guerre, car les deux seules fois où le TDF a été annulé, il l’a été à cause des deux guerres mondiales du siècle dernier.

Ce philosophe réputé a rappelé aussi comment l’édition 2016 de cet événement sportif planétaire a offert aux sportifs et au public mondial les images d’une France festive, une France joyeuse décidée de continuer de vivre malgré la folie du terrorisme!

Cette vérité n’a pas été dévoilée par un expert militaire aguerri, un commentateur renommé des conflits armés ou un politicien au cœur de pouvoir. C’est un homme de lettres qui a eu l’intelligence de l’évoquer.

La preuve que la culture voit ce que la politique et les médias du direct semblent incapables de saisir.

Aussi dans Autrement dit :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!