Anecdote. Y a deux semaines, j’étais en show au théâtre Sainte-Catherine. Soirée d’humour où des humoristes franco s’essaient en anglais. Yes, I speak le english. La soirée s’appelle Les Franglos, vous trouverez sur Facebook. Pendant qu’on jasait dehors devant l’entrée, on a dû se faire demander de l’argent deux fois. C’est Sainte-Catherine, à quoi s’attendre? Être surpris de se faire quêter du change sur Sainte-Catherine, c’est aussi novice que d’être surpris que ça prenne trois lumières avant que des piétons te laissent tourner sur Mont-Royal. On fait le show, les gens rigolent, on décide d’aller manger. C’est là que le fun commence.

Nous sommes allés à quelques mètres de là. Au resto-bar MVP. Des écrans partout, des posters de combats anciens, des chandails de hockey encadrés, du pop-corn, des bocks de bière. Un genre de Cage aux Sports. Sauf pour un léger détail. Ils n’ont pas de permis d’alcool «bar», donc si tu veux boire, il faut que tu manges. Tu te dis : «Ouin, fatigant. Je veux prendre une bière en regardant la game, mais j’suis obligé de manger une assiette de nachos à 10 piasses même si j’ai pas faim.» Ils ont pensé à toi.

Personne ne va payer 10 piasses de bouffe juste pour boire, surtout si t’as pas faim. Donc, ils te vendent un beau bol de pâtes sauce tomate pour… une cenne! Une cenne! Comme les bonnes vieilles histoires de prête-noms de j’ai vendu ma maison de cinq millions à ma fille pour une cenne. J’suis pas le justicier de la loi zélé qui trouve la twist inacceptable. Je trouvais même ça brillant. Sauf pour un détail. Personne ne mange les pâtes. Zéro. Le serveur ne donne même pas d’ustensiles. Sur plein de tables, des bols de pâtes sont laissés à eux-mêmes comme une vieille dame ermite et ses 23 chats, intouchés.

Le gaspillage!!! C’est sérieusement honteux. Notre espèce est rendue dans la lune en maudit. On se sert de la bouffe comme accessoire pour boire de la bière. De la bouffe qui passe du chaudron à un bol, à la poubelle. En fait, c’est carrément des pâtes qui passent du chaudron à la poubelle. Imagine un chef faire un gros chaudron de pâtes, mettre de la sauce tomate dessus, sortir avec le chaudron dehors et, devant des itinérants qui n’ont rien à manger, vider son chaudron dans un gros container vert. C’est ça qui se passe tous les soirs dans ce resto-bar.

Je pourrais partir dans un grand paragraphe dramatique sur les enfants qui meurent de faim dans le monde et sortir des grosses images choc. J’ai même pas besoin. La réalité parle d’elle-même et n’a pas besoin de surdramatisation pour la rendre encore plus poche. Avoir su, j’aurais dit aux deux quêteux plus tôt dans ma soirée : «Quin, v’là de quoi vous acheter une bière pis un bol de pâtes d’une cenne.» Puis j’aurais prié pour qu’ils aient des gros malaises et que le resto se vide.

Aussi dans Avec prétention:

blog comments powered by Disqus