Getty Images/iStockphoto

À l’ère de l’internet et des réseaux sociaux, le vocabulaire «bouffe» évolue clairement plus rapidement que les dictionnaires. Le mot végane par exemple était utilisé depuis plusieurs années avant de faire son apparition dans les dictionnaires (francophones) en 2014. Qu’adviendra-t-il des nouveaux mots répertoriés par le New York Times dans sa Top New Food Words for 2015? S’imposeront-ils seulement dans le langage courant? Ou seront-ils relégués aux oubliettes dans quelques mois?

Par exemple, le terme «cuisinomane», suggéré par l’Office québécois de la langue française pour remplacer le terme «foodie», réussira-t-il à s’imposer? Pour l’instant, il est utilisé plutôt ironiquement au Québec…

Mais c’est le mot «climatarian» qui a particulièrement attiré mon attention dans cette liste («climatarien» en français?). Au-delà du terme, je me demande si ce régime alimentaire, dont je viens d’apprendre l’existence, prendra du gallon. Une diète «climatarienne» a pour but premier de renverser les changements climatiques, de manger carboneutre. Voilà qui est d’actualité en cette ère post-COP21!

La raison derrière ce régime? La production de notre nourriture serait responsable de 20 à 30% des émissions de gaz à effet de serre. Comment devient-on «l’ami du climat»? Selon le site Climates, il faut:

  • acheter des aliments de saison produits localement pour réduire les émissions dues au transport;
  • éviter de consommer certains animaux dont la production émet beaucoup de CO2e (bœuf, agneau, mouton, cerf);
  • éviter les aliments surgelés et;
  • acheter de façon à éviter le gaspillage alimentaire.

Alors, êtes-vous un «climatarien»?

Bonus: Si l’enjeu des changements climatiques liés à l’alimentation vous intéresse, je vous suggère d’écouter le documentaire Cowspiracy, disponible sur Netflix notamment.

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!