Getty images Les Cubs laissent une chèvre se promener sur le gazon de Wrigley Field en 2003 dans l'espoir de mettre fin à la malédiction.

La Série mondiale entre les Cubs de Chicago et les Indians de Cleveland commence mardi soir. Le moment magique de l’année où on peut faire semblant d’être des spécialistes de baseball. «Laissez-moi vous expliquer toutes les subtilités de la glissante de Jake Arrieta» *prend une longue bouffée de sa pipe sculptée à la main vêtue d’un peignoir en velours rouge.

Tous les annonceurs de télé vont également parler de la malédiction de la chèvre des Cubs. Voici l’histoire en quatre points, pour permettra à tous de converser avec le dude au bout du bar.

1. La base

Les Cubs de Chicago n’ont pas gagné la Série mondiale depuis 1908. Leur meilleure chance de remporter les grands honneurs depuis cette lointaine conquête a été en 1945, la dernière présence de l’équipe en série mondiale avant cette année.

2. La chèvre

La malédiction a commencé pendant le match numéro quatre de la finale de 1945 contre les Tigers de Détroit. Un propriétaire de taverne, William Sianis, a décidé d’amener sa chèvre avec lui au stade (c’est mieux qu’un gars qui place son plat de nachos sous l’urinoir avant de se soulager).

Il y a deux versions de l’histoire. Soit Sianis et sa chèvre, Murphy, se sont fait refuser l’entrée du stade, même si le tavernier avait acheté deux billets; soit Sianis et son «compagnon» ont été expulsé quand les odeurs produites par le charmant animal cornu ont commencé à importuner les gens dans les gradins.

Peu importe, le résultat est le même. C’est à ce moment que Sianis aurait maudit les Cubs: «Les Cubs ne gagneront plus jamais» («The Cubs ain’t gonna win no more»), aurait-il lancé.

3. La malédiction

Avant cette année, les Cubs n’ont jamais atteint la Série mondiale. Ils ont pourtant eu des bonnes occasions, mais quelque chose de bizarre semble toujours arriver pour les empêcher d’avancer.

Par exemple, en 1969, durant un match de fin de saison contre les Mets de New York, un chat noir est apparu sur le terrain. Il s’est dirigé directement vers l’abri des joueurs des Cubs. La formation de Chicago, qui avait été au premier rang de sa section durant la majorité de la campagne, a perdu 18 de ses 27 matchs en septembre et en octobre et a finalement raté les séries.

Le moment le plus triste a été le match «Steve Bartman». En 2003, les Cubs avaient besoin de cinq retraits pour éliminer les Marlins de la Floride et accéder à la Série mondiale. C’est à ce moment que Bartman a tenté d’attraper une fausse balle, ce qui a dérangé Moises Alou. Le joueur n’a pas fait le retrait et les Cubs ont accordé huit points en huitième manche. Ils sont aussi perdu le septième match et ont vu les Marlins battre les Yankees de New York en grande finale.

Bartman a été victime de menace, il a été harcelé avant de disparaître complètement. C’est maintenant un agent de joueur, Frank Murtha, qui refuse toutes demandes d’apparition publique au nom de Bartman.

4. Les «exorcismes»

Plusieurs tentatives d’exorcisme de la malédiction ont été tentées au fil des ans. Le neveu de Williams Sianis, Sam, s’est présenté à Wrigley Field accompagné d’une chèvre à quelques reprises.

L’an dernier, un restaurant de Chicago a embauché des mangeurs de compétition. Ces derniers ont ingurgité toute la viande d’une chèvre dans l’espoir de mettre fin à la malédiction.

Un organisme ramasse même des fonds pour donner des chèvres à des gens dans le besoin.

Bref, tous les moyens sont bons.

Bonne Série mondiale!

Aussi dans Brasse-Camarade :

blog comments powered by Disqus