Getty Même avec la grande disparité de points au classement entre le Canadien et les Sénateurs, ce duel de premier tour s’annonce prometteur.

Pendant les séries éliminatoires, notre nouveau chroniqueur Marc Dumont analysera les performances du Canadien avec son œil affûté et ses connaissances en analyse statistique.

Nous savons enfin qui le Canadien affrontera en première ronde des séries: les Sénateurs d’Ottawa.

Ce sera la deuxième fois que ces deux équipes croiseront le fer au printemps, les Sénateurs ayant remporté le premier duel en seulement cinq rencontres.

Les partisans du Tricolore se souviennent trop bien de cette dégelée, et les matchs entre les deux équipes cette saison n’ont rien pour les rassurer. Ottawa a remporté trois de ses quatre parties contre Montréal en 2014-2015.

Petit fait réconfortant, c’était Dustin Tokarski, et non Carey Price, qui était devant le filet du Canadien dans deux des trois défaites.

Et les séries sont un nouveau départ. L’équipe de Michel Therrien ne manquera pas de motivation en vue de cette lutte qui s’annonce aux proportions épiques.

Les Sénateurs, il faut le dire, ont accomplit un véritable miracle en se qualifiant pour les éliminatoires, grâce à celui qu’on appelle le «Hamburglar»: Andrew Hammond.

graphique canadiens

Même si le Canadien a un avantage clair au classement, les Sénateurs n’offrent pas des statistiques minables. En fait, dans plusieurs catégories, Ottawa est en meilleure position que son rival de section. De plus, depuis que Dave Cameron a remplacé Paul McLean au poste d’entraîneur-chef, le taux de possession des Sens est passé de 47,8% à 51,4%, une nette amélioration.

Les deux équipes présentent un rendement similaire au sein des unités spéciales. Il faut donc se concentrer sur les statistiques à forces égales pour les départager.

À cinq contre cinq, le Canadien a un différentiel positif de buts marqués contre les buts alloués: un taux de 55,4% – ce qui le classe quatrième parmi toutes les équipes du circuit Bettman. Les Sénateurs, eux, sont 14e dans la ligue (51,4%). Avantage Tricolore.

Le rendement spectaculaire de Carey Price est l’atout principal de Michel Therrien. C’est d’ailleurs pour cette raison que le Canadien se retrouve en deuxième place dans la ligue.

Andrew Hammond, pour sa part, a réanimé la saison des Sénateurs.

graphique canadiens

Price a donné presque trois fois plus de départs à son équipe que Hammond, et ses statistiques sont impressionnantes si on tient compte de la taille de l’échantillon.

Mais il ne faut pas sous-estimer la valeur de Hammond. Même s’il n’est pas à la hauteur de Price, il a connu une campagne incroyable. Pourra-t-il continuer sa saison Cendrillon?

Du côté de l’attaque, les Sénateurs ont l’avantage. Non seulement ont-ils compté plus de buts, mais davantage de joueurs ont contribué. Le Canadien, quant à lui, dépend désespérément de Max Pacioretty pour trouver le fond du filet.

Pacioretty a compté quatre des neuf buts des siens contre les Sénateurs cette saison, et plus de 15% de toutes les réussites de son équipe. Sa présence est essentielle aux succès de Montréal en séries.

Si son absence se prolonge – Pacioretty a recommencé à s’entraîner avec ses coéquipiers lundi –, Therrien devra se tourner vers ses compteurs secondaires : Tomas Plekanec, Alex Galchenyuk et Brendan Gallagher. Les Sénateurs, eux, répliqueront avec la recrue Mark Stone, le franc-tireur Mike Hoffman et le talentueux Kyle Turris.

À la défense, nous serons gâtés puisque les deux meilleurs arrières de la ligue – Erik Karlsson et P.K. Subban – s’affronteront. Aucun des deux n’a un avantage marqué sur l’autre. Andreï Markov offre toutefois au CH un autre talent de pointe à la ligne bleue, ce qui donne un net avantage défensif au Bleu-blanc-rouge.

Même avec la grande disparité de points au classement entre les deux équipes, ce duel de premier tour s’annonce prometteur. Les Sénateurs se fieront à leur robustesse pour frustrer l’adversaire, tandis que le Canadien devra se concentrer sur sa vitesse. Par contre, si la poussée actuelle des Sénateurs s’essouffle – six victoires à leurs sept dernières sorties –, la série pourrait être de courte durée.

L’effet Ginette Reno sera important, mais comme d’habitude, les espoirs du Canadien reposeront fermement sur les épaules de Carey Price. Le Tricolore ira aussi loin en séries que son gardien pourra l’amener.

Aussi dans Coin d'analyse :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!