Stéphanie Mauna/TC Media Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM, avait fait le déplacement dans Rosemont.

Des peanuts à l’éducation

Le mouvement Je protège mon école publique (JPMEP) dénonce les miettes accordées à l’éducation par le gouvernement libéral dans sa mise au point économique annoncée le mardi 25 octobre. Près de deux ans après avoir effectué sa dernière vague de compressions dans les budgets de l’éducation, le gouvernement Couillard se présente en sauveur en annonçant en grande pompe un réinvestissement en éducation, alors qu’il ne fait que ramener les budgets au niveau de juin 2015. Déjà sous-financées à l’époque, les écoles publiques primaires et secondaires ont vu depuis leur clientèle croître de façon importante. Nos écoles traversent maintenant une crise de sous-financement majeure qui est loin d’être résolue par les montants annoncés.
En effet, comment parler de réinvestissement en éducation à hauteur de 3,5 % quand plus de 4 % des sommes allouées à l’éducation ont été coupées depuis deux ans? Ce sont nos enfants qui ont payé les économies qui permettent aujourd’hui ce réinvestissement. C’est leur réussite – dont celle de plus de 250 000 enfants qui en étaient à l’étape cruciale de l’apprentissage de la lecture – qui a été sacrifiée par ce gouvernement qui se targue d’être le gouvernement de l’éducation. Messieurs Couillard, Leitão et Proulx avaient l’occasion de démontrer que la priorité récemment accordée à l’éducation par leur gouvernement était plus que des paroles en l’air et des promesses préélectorales. Ils ont démontré le contraire hier, ces annonces apparaissant plutôt comme de basses manœuvres électoralistes.
Le mouvement JPMEP lance sa propre consultation sur l’école publique, par l’entremise d’un sondage en ligne, et en marge des consultations du ministre de l’Éducation sur la réussite éducative. Tous les parents du Québec sont invités à répondre au sondage en ligne sur jpmep.com, afin de dresser un portrait actuel de l’état de l’école publique. Fait rarissime, les élèves sont aussi invités à s’exprimer dans le cadre de ce sondage qui servira de base à la rédaction du mémoire qu’entend présenter le mouvement.
Le ministre Proulx se devait de convaincre ses collègues de l’urgence de réinvestir en éducation pour assurer la réussite de nos enfants. Nous constatons son échec et comptons bien lui fournir par ce sondage la preuve que l’école publique ne tourne pas rond.

Pascale Grignon, porte-parole de Je protège mon école publique

Aussi dans Courrier des lecteurs :

blog comments powered by Disqus