Une fragile neutralité

Le passage beaucoup trop rapide de Pierre Duchesne de journaliste de Radio-Canada à candidat pour le Parti québécois (PQ)laisse perplexes plusieurs citoyens, peu importe leur allégeance politique. Cela risque de mettre sérieusement en doute le devoir de réserve et de stricte neutralité que nous attendons tous de ceux qui ont pour tâche de commenter la vie politique au quotidien.

Le Conseil de presse devrait se questionner à fond sur le laxisme évident qui l’afflige.

Le cas Duchesne rejoint, en plus problématique, lecas Drainville. À cela s’ajoutent les tergiversations tragi-comiques de Pauline Marois en appui à de tels recrutements douteux. Elle se fera un devoir anti-démocratique de parachuter Duchesne dans un comté où l’exécutif s’apprêtait à choisir un autre candidat. Dans ces conditions, il devient gênant pour la direction du PQ de tenter de donner des leçons au Parti libéral sur ce que doivent être le respect des citoyens et les difficiles mais nécessaires exigences de la vie démocratique.

JACQUES LÉGER, MONTRÉAL

L’actualité vous fait réagir? Écrivez-nous! opinions@journalmetro.com

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!