L’âne ou l’éléphant

Même si je n’ai pas le droit de vote aux États-Unis, l’élection présidentielle qui se déroulera bientôt chez nos voisins du sud m’intéresse au plus haut point. Il y a fort à parier que les décisions prises par le prochain locataire de la Maison-Blanche, l’homme le plus puissant de la planète, auront une incidence directe sur la vie quotidienne de tous les terriens.

Sur l’échiquier politique québécois, la majorité de la population se reconnaît dans les valeurs de la sociale-démocratie et rejette en bloc toutes les idéologies de la droite conservatrice. La «vague orange» NPD de mai 2011 et l’arrivée au pouvoir des péquistes sont les deux exemples les plus récents.

Voilà pourquoi, si j’étais Américain, je donnerais ma voix sans hésiter une seule seconde au président sortant, Barack Obama. Car, comme l’a si bien dit la militante islandaise Brigitta Jonsdottir : «C’est le destin des gouvernements de gauche de nettoyer le bordel laissé par les gouvernements de droite.» Ces propos illustrent bien le lourd héritage désagréable laissé par W. Bush. C’est clair comme de l’eau de roche : si les démocrates n’avaient pas gagné en 2008, l’Amérique n’aurait jamais réussi à panser ses plaies.

Entre les trots de l’âne et le barrissement de l’éléphant, il me semble que le choix est évident!

Ahmed Moussa, Montréal

Trudeau plus rationnel qu’Obama

Récemment, le président des États-Unis a demandé publiquement qu’on l’informe en premier si on apercevait des Martiens. Difficile d’évoquer davantage l’esprit de taverne qu’en lâchant pareille chose. (Avait-il bu?)

Il y a deux ans, sur le même thème… On a pu entendre à Tout le monde en parle l’exhortation «lumineuse» d’un «expert-spécialiste», invitant à abattre sur le champ, sans mot dire, le Martien ou autre E.T. qui se présenterait inopinément à notre porte.

A contrario, un peu plus loin dans le temps, le jeune Trudeau avait, lui, exprimé une tout autre vision.

Arguant qu’advenant l’arrivée d’extraterrestres, ceux-ci devraient pouvoir bénéficier de (la protection de) la Charte au même titre que tout le monde.

Qui, croyez-vous, aura ainsi montré à ce sujet le plus de bon sens, de responsabilité et de maturité : celui qui badine sans vergogne, celui qui invite à tuer gratuitement ou celui qui propose l’acceptation et l’intégration de l’Autre (éventuel), en vue d’un éventuel bénéfice commun?

À l’échelle de l’Histoire, parions que c’est ce dernier.

Denis Beaulé, Montréal

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!