S’il vous plaît, allez voter

Aujourd’hui, c’est jour de vote au Québec. Pourtant, trop de gens font comme si une journée normale se déroulait. Allez voter. Moi, j’ai 17 ans, je n’ai donc pas le droit de vote. J’ai hâte à mes 18 ans, non pas pour aller dans les bars, mais pour mettre un «X» sur un bout de papier. Allez voter. Des gens sont morts et meurent encore de nos jours pour leur droit de vote. C’est certes cliché d’énoncer cela, mais ça n’enlève rien à la véracité du propos. Allez voter. Le visage politique québécois est plus déprimant que jamais, mais votre vote a le pouvoir de mettre un peu de couleur sur ce tableau gris. Un parti représente sans aucun doute vos opinions, arrêtez d’être si cyniques, chers gens du Québec. S’il vous plaît, allez voter.

Jean-Michel Laforce, Montréal

La bière, les braillards et les riches
Jeudi dernier, une manifestation contre l’austérité a eu lieu à Montréal. Sur une énorme banderole, on pouvait lire : «Aux riches de faire leur part». Pour ces braillards incultes, je tiens à rétablir les faits. Au Québec, les personnes faisant partie des 40 % les plus pauvres (39,6 %, plus exactement) ne paient aucun impôt. Quant aux 20 % les plus riches, ils paient plus de 70 % de tous les impôts. En effet, il y a de l’injustice dans notre système de perception fiscale…

Pour illustrer cet état de fait de brillante façon, un comptable a publié sur l’internet l’allégorie suivante :  10 hommes se rassemblent autour d’une table dans une taverne. Chacun commande une bière au coût de 5 $. Selon notre système fiscal, l’addition (totalisant 50 $) se répartirait ainsi :

Les quatre premiers ne paieraient rien. Le cinquième ne paierait que 50 ¢. Le sixième paierait 1,50 $, le septième paierait 3,50 $. Le huitième paierait 6 $. Le neuvième paierait 9 $. Quant au dixième, il paierait 29,50 $.

Mais pour poursuivre avec notre allégorie, il se trouve que les cinq premiers, au lieu de remercier ceux qui paient presque toute l’addition, se mettent à crier, à gesticuler et à cracher dans le verre des autres en affirmant qu’ils devraient payer davantage. Cela illustre assez bien le comportement des 1 500 imbéciles qui sont descendus dans la rue jeudi dernier pour protester contre l’austérité alléguée. Or, de l’austérité, il en faudrait pour rétablir une saine gestion de nos finances. Pour le moment, on se comporte comme une famille qui irait en Floride tous les ans pendant que le toit de sa maison coule.

Et pour revenir à l’allégorie des buveurs de bière, il se pourrait que celui qui accapare à lui seul près de 30 % de l’addition décide d’aller prendre sa bière dans une autre taverne…

Paul-André Allard, Montréal

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!