Monstres à moteur au Stade olympique

Quelques jours à peine après que toute la planète se fut arrêtée, à juste titre, sur le sort de la terre et du vivant en célébrant le Jour de la Terre, ne voilà-t-il pas que le Stade olympique gronde et pétarade à en faire vibrer tout le quartier en présentant, comme chaque année, l’infamie de la manifestation Monster et FMX Spectacular.

Comment peut-on encore oser organiser et promouvoir – dans un temple de l’olympisme en plus – une telle activité? Grossière indécence, véritable non-sens dans le contexte actuel de lutte contre les gaz à effet de serre et les tentatives désespérées de limiter la prolifération et la consommation des engins brûlant du pétrole!

Certes, nos gouvernements continuent à promouvoir haut et fort l’industrie pétrolière tout en prétendant être conscients des problèmes qu’elle génère, mais comment se fait-il que tout en souscrivant au slogan «Ravivons la flamme», les gestionnaires du Stade puissent encore programmer sans honte ce genre de manifestation visant à faire frémir l’assistance, formée notamment de très jeunes enfants (à qui on met des casques sur les oreilles tant le bruit est agressant), avec, je cite, des «camions “monstres” aux roues démesurées. Les 4 x 4 géants qui écrasent tout sur leur passage […] joints à des moteurs de plus de 2 000 forces […] avec voitures, vans et autobus scolaires à démolir».

Et après, on va nous dire que les structures présentent des signes d’usure et de détérioration tout en vantant les activités vertes de cet espace qui se dit «pour la vie». C’est à pleurer, vraiment, et à exiger la démission immédiate du PDG de la RIO, Michel Labrecque, et de Dominique Vien, sa ministre de tutelle, responsable du tourisme.

Denis Lavalou

La moitié du monde a trop de nourriture

Depuis 1990, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté extrême a presque diminué de moitié. Cependant, l’autre moitié n’a presque rien, ce qui a comme conséquence des retards de croissance chez les enfants et la maladie chez les adultes. La hausse du prix des aliments empêche des milliers de gens de se nourrir convenablement en les privant d’éléments nutritifs essentiels à la vie. Au Canada nous avons de la chance, nous sommes du bon côté.

Le système alimentaire mondial ne se corrigera pas et ne s’améliorera pas de lui seul. Il faut que nos gouvernements s’impliquent pour corriger la situation et ce n’est pas seulement en donnant à manger aux plus pauvres. Il faut aussi instaurer un système d’aide au développement afin que les gens puissent se prendre en main. L’agriculture est le premier élément à mettre sur pied pour éviter la malnutrition, qui fait environ 840 millions de victimes chaque année. Tous les êtres humains ont le droit de réaliser leur plein potentiel – aidons-les!

Laurent Marcoux et Denise Doiron

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!