Le «Quinze40» aura un impact positif

Cette lettre répond à notre une d’hier sur le mégaprojet Royalmount.

Attirer [vers le nouveau mégacentre Quinze40] des gens qui vont [en ce moment] au Dix30, [ce n’est de la pensée magique qu’en partie]. Ceux qui proposent ce projet le font à la suite d’études de marché et ils ne se lanceraient pas dans une telle folie sans une certaine conviction de réussir. Ce n’est pas un projet final, et il peut y avoir des changements à faire, mais ce n’est pas un projet à rejeter, comme le dit Luc Ferrandez.

M. Ferrandez, croyez-vous sincèrement qu’une bonne partie de la population du Plateau ne se rend pas sur la Rive-Sud, aux promenades Saint-Bruno par exemple, pour y faire leurs principaux achats? Les fins de semaine, les stationnements de ce centre d’achats sont archipleins, et ce ne sont pas seulement les résidants de Saint-Bruno qui s’y rendent. Il y a là une population équivalente à celle du site Angus et des environs immédiats. Or, ces gens qui habitent le site Angus n’ont justement qu’un grand commerce pour satisfaire leurs besoins, un Loblaws.

Qu’est-ce qui se passe présentement sur le site Angus, M. Ferrandez? D’autres blocs de condos sont en construction pour finir de remplir la partie du site qui était réservée à l’industrie. De plus, d’autres blocs et d’autres tours de logements et de condos sont en construction sur des sites voisins, ce qui ajoutera un autre millier de nouveaux résidants dans cet arrondissement voisin du vôtre, dont le maire, François Croteau, fait partie de votre parti, Projet Montréal, et a la même vision de développement que vous.

Monsieur le maire Denis Coderre, vous n’êtes pas obligé de faire comme votre prédécesseur, le maire Gérald Tremblay, c’est-à-dire fermer les yeux et laisser faire. On a aussi besoin d’un centre commercial et de grands commerces, pour mieux répondre aux besoins de la population, dans cette partie de la ville entourant le site olympique et le Jardin botanique.
Au centre-ville, on étouffe.

Rolland Lambert

Avis de recherche

La marche des femmes contre la pauvreté, appelée «Du pain et des roses», c’était il y a 20 ans, en 1995… Vous souvenez-vous?
Du 26 mai au 4 juin 1995, 850 femmes ont marché, à partir de Montréal, de Longueuil et de Rivière-du-Loup, vers l’Assemblée nationale, où les attendaient 15 000 personnes. Elles portaient neuf revendications pour contrer la pauvreté des femmes, ainsi que celle de toute la population.

Vous étiez une de ces marcheuses? Vous les avez acclamées à leur entrée dans Québec le 4 juin 1995 en chantant «Du pain et des roses pour changer les choses»? Vous les avez accompagnées et soutenues durant leur périple? Vous faisiez partie d’un groupe impliqué dans son organisation? Vous n’y étiez pas, mais cette marche a été importante pour vous?

Quelle que soit votre réponse, nous vous invitons à célébrer le 20e anniversaire de cette marche historique dans le cadre d’un tout simple mais immense pique-nique de retrouvailles, le samedi 6 juin 2015, de midi à 15 h, sur les pelouses devant l’Assemblée nationale (apportez votre lunch).

Les gains de la marche de 1995 sont souvent mesurés par rapport aux revendications, mais 20 ans plus tard, il nous faut ajouter, à titre de gain, la force que cette marche a donnée à un nombre incalculable de femmes. Cette force a rejailli sur le mouvement féministe, et, par conséquent, sur la société dans son ensemble. La «Marche mondiale des femmes» en 2000, et ses éditions de 2005, 2010 et l’édition en cours pour 2015, doivent d’ailleurs beaucoup à la marche «Du pain et des roses».
Nous voulons célébrer l’effet qu’a eu la marche sur chacune de nous, en plus des effets collectifs et des actions qui en ont découlé. Les occasions de revendiquer et de manifester ne manqueront pas cette année! Offrons-nous un temps de réjouissance et célébrons les gains que nos mobilisations entraînent!

Nous vous y attendons.

Lise Fournier, marcheuse du contingent de Longueuil, et Mercédez Roberge, travailleuse de l’équipe de coordination de 1995. Les auteures sont les organisatrices des retrouvailles «Du pain et des roses – 20 ans»

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!