De la poudre aux yeux

Tous les intervenants s’entendent sur la nécessité d’un retour du cours d’éducation sexuelle dans les écoles. Toutefois, les enseignants se rebiffent à l’idée de donner un cours à rabais, à partir d’un contenu qui sera saupoudré périodiquement dans les cours réguliers, et cela, sans qu’ils aient reçu de formation adéquate pour offrir un tel cours.

Si le gouvernement est vraiment sérieux en proposant une telle mesure, il devrait, à mon sens, d’une part, faire une place au cours d’éducation sexuelle dans l’horaire de l’élève, et d’autre part, offrir aux enseignants qui le donneront les ressources humaines et matérielles nécessaires à un enseignement de qualité.

À défaut de quoi, non seulement les élèves seront perdants dans un tel scénario, mais encore le ministère de l’Éducation y aura contribué en lançant un projet mort-né pour satisfaire de façon purement partisane une demande légitime qui requiert autre chose que de la poudre aux yeux pour atteindre les objectifs.

Henri Marineau

Coupable de solidarité

Je suis un immigrant du Mexique, où les citoyens sont très solidaires. Je crois comprendre pourquoi les Canadiens sont plus
individualistes.

Dans le journal du 16 juin, j’ai appris qu’une personne lourdement handicapée, qui avait besoin de soins, s’est fait pourchasser par l’aide sociale à cause d’un don reçu de sa famille. Cet homme doit rembourser 400 $ dans deux mois. Le même jour, j’ai appris que la conjointe de cet homme handicapé est la sœur d’un bon ami. Je constate donc deux choses. Premièrement, les mesures d’austérité nous touchent tous directement et indirectement, mais elles affectent surtout les plus défavorisés. Deuxièmement, le gouvernement est en train d’étouffer le sens de la solidarité. Je ne suis pas sûr que la famille du monsieur handicapé sera si solidaire à l’avenir en constatant que son geste a nui au lieu d’aider. Une famille a voulu aider un proche, et ce proche s’en trouve pénalisé. Coupable de solidarité…

Le gouvernement dit qu’on n’a pas le choix, que l’austérité est la seule option. Mais je pense qu’on a toujours le choix et qu’on peut faire le choix de la solidarité. La société aurait plus à y gagner. Et vous, qu’en pensez-vous, Monsieur Couillard? Vous voulez vraiment nous rendre plus individualistes?

René Huacuja

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!