Le respect est au cœur de nos actions

J’aimerais rectifier certaines informations relativement à l’article «Des orphelins de Duplessis veulent enterrer un des leurs», publié le mardi 4 août. En effet, le Curateur public du Québec tient à affirmer que le respect est au cœur de ses actions : respect des personnes représentées tout au long de leur vie et respect de leurs volontés quant à leurs funérailles, quand elles sont connues. Il est donc inexact que des personnes représentées soient inhumées dans des «fosses communes» anonymes.

En fait, les entreprises avec lesquelles le Curateur public fait affaire quand il doit se charger des funérailles d’une personne seule ont diverses façons de procéder: columbarium, crypte, terrain communautaire dans un cimetière. On peut en tout temps connaître le lieu d’inhumation et l’endroit où se recueillir en mémoire de ces personnes. Dans le cas du cimetière de Laval dont il est question dans l’article, il s’agit d’une niche communautaire, et le nom de la personne représentée y est identifié.

Enfin, en ce qui concerne les frais d’hébergement, il est vrai que, dans certaines situations, les centres d’hébergement publics procèdent à un remboursement en cas de décès. Par ailleurs, la dépense consacrée aux frais funéraires d’une personne représentée par le Curateur public doit tenir compte de l’argent qui reste au compte de la personne décédée une fois que différentes créances ont été réglées.

Il n’y a pas de procédures différentes pour les orphelins de Duplessis quand leurs volontés ne sont pas connues pour leurs funérailles et leur inhumation. Les mêmes procédures, respectueuses des personnes, s’appliquent à tous.

Normand Jutras, curateur public

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!