75% des gens ont peur

Notre premier ministre canadien devrait prendre ce chiffre avec plus de sérieux et respecter les Canadiens, car ce sont eux qui l’ont élu, et non des «réfugiés». Il me semble qu’à la vue de tous ces attentats de par le monde, où des centaines d’humains perdent la vie, il faut prendre des résolutions pour sécuriser en premier lieu les citoyens du Canada et des provinces. Parmi ces terroristes, certains avaient de faux passeports syriens, et pourtant ils sont quand même entrés en France et y ont semé la destruction. Pouvez-vous nous confirmer, Monsieur Trudeau, que parmi 25 000 personnes venant de pays en guerre et sous la coupe de l’organisation terroriste EI, il est impossible qu’il y ait au moins une personne appartenant à cette organisation? Prenez vos responsabilités, Monsieur le Premier Ministre, la vie des Canadiens est plus importante que celle des réfugiés, une bonne décision est préférable au fait d’avoir des regrets de n’avoir pas écouté les voix d’ici!
André de Pagès

L’inepte discours du PQ

«L’événement amène pourtant à réfléchir davantage sur l’ouverture à avoir à l’endroit de la diversité.»

Cette déclaration du chef du Parti québécois Pierre-Karl Péladeau lors du rassemblement en solidarité des victimes des attentats de Paris, ce 15 novembre, à Montréal, jaillit comme une insulte à ceux qui, en réponse à la barbarie, tendent les bras, réconfortent et rassurent, et ne les ferment pas en un geste de dédain et d’ignorance. De nouveau, après avoir provoqué, avec la charte des valeurs québécoises, un débat honteux sur qui a tant agité les tisons de l’amalgame, ce parti revient souffler sur les braises de la méfiance, du rejet, de l’ignorance. Une telle dérive xénophobe se doit d’être dénoncée, au nom de tous ceux qui cherchent refuge face cette terreur qui frappe pour diviser. Y céder, c’est s’avouer vaincus.
Stéphane Michel

Un Québec digne des enfants

Le 20 novembre est la Journée mondiale de l’enfance, qui commémore l’adoption de la Convention relative aux droits de l’enfant par les Nations unies en 1989. Le principe de cette convention vise l’intérêt supérieur de l’enfant, qui doit guider toute action législative et administrative. Toutefois, depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement Couillard multiplie les mesures d’austérité sous prétexte d’être équitable envers les futures générations. Mais ses actions ont l’effet exactement contraire!

La Convention reconnaît le droit à des services de garde. Pour améliorer l’accessibilité, le gouvernement devrait accroître le nombre de places en CPE en milieux défavorisés et exempter les parents à faibles revenus du paiement de la contribution. Or, les actions prioritaires du Conseil du Trésor et du ministère des Finances ont plutôt visé la poursuite des compressions budgétaires et l’instauration de la modulation du tarif selon une vision d’utilisateur-payeur. Les modifications apportées entraînent des hausses importantes de la contribution des parents, et plusieurs en prendront pleinement conscience au moment de la préparation de leur déclaration de revenus.

De plus, le ministre de l’Éducation affirme qu’il serait «très maladroit» de la part du gouvernement d’investir davantage en éducation avant l’atteinte du déficit zéro. Les élèves handicapés et les élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage sont les plus vulnérables face aux conséquences de ce choix. Pourtant, la Convention reconnaît le droit à l’éducation pour tous les enfants.
Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN et responsable du groupe de travail sur l’éducation

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!