L’appel à l’émotion: un sophisme

Cette lettre réagit à la chronique «Noël syrien» de Judith Lussier, publiée dans cette page jeudi dernier.

Mme Lussier, je trouve que votre article «Noël syrien» est une insulte à l’intelligence des nombreux Canadiens qui ont des inquiétudes légitimes au sujet de l’accueil des 25 000 réfugiés syriens. Vous énumérez ces inquiétudes en les rejetant du revers de la main sans même prendre le temps de les réfuter adéquatement. Vous nous présentez une analogie qui laisse sérieusement à désirer ainsi qu’une mention vague du néolibéralisme, comme si ces gens inquiets avaient nécessairement été manipulés par cette idéologie.

Quelle arrogance.

Oui, ce sont les riches et non les pauvres qui sont plus souvent le problème pour la classe moyenne. Mais est-ce que cela prouve que ces réfugiés ne vont pas ajouter un poids sur nos dépenses publiques, vont bien s’adapter à notre culture ou qu’il est impossible que des sympathisants d’EI s’y mêlent? Absolument pas.

Le reste de votre texte n’est qu’un appel à l’émotion, et c’est tout à fait fallacieux. Alors que certains nous manipulent par la peur, vous jouez sur notre empathie. Ce n’est pas mieux. Ce qu’il nous faut est un sérieux débat basé sur des arguments logiques, et pas seulement sur les émotions. Et pour conclure, j’aimerais revenir sur votre analogie douteuse: n’importe quel secouriste (et j’en suis un moi-même) vous dira qu’avant d’aller sauver quelqu’un, on doit d’abord s’assurer d’être hors de danger.
Vincent Bourgon

Le terrorisme n’a pas de religion

Les terroristes qui ont attaqué Paris ne sont pas vraiment des musulmans, car aucun musulman ne doit tuer un être humain. On rapporte aussi que l’un des terroristes était un criminel, et donc était souvent emprisonné. En réalité, ces gens sont souvent des personnes ayant des problèmes personnels et ils blâment nos sociétés pour leurs échecs. Ils commettent des actes barbares, comme des attentats-suicides, au nom d’une religion: l’islam. Toutefois, en tant que musulman ahmadis, je sais que prendre la vie de quelqu’un est comme tuer l’humanité (chapitre 5, verset 33). De plus, le suicide est un des plus grands péchés dans l’islam. Alors, on voit bien que ces terroristes sont loin de suivre les enseignements de l’islam. En fait, le terrorisme n’a aucune religion.
Jahangir Ayaz Ahmad , 13 ans, Montréal

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!