Est-ce vraiment la fin du «tablettage» des rapports?

Ce mercredi 16 décembre 2015, quelques jours avant Noël, risque de devenir une journée historique pour le Canada, et plus particulièrement pour les Autochtones, avec la divulgation du rapport de la Commission de vérité et conciliation.

Souhaitons qu’un jour nous soyons fiers de l’application des 94 recommandations dudit rapport. Souhaitons que les non-autochtones prennent connaissance de son contenu et prennent conscience de leurs actions passées. Souhaitons que notre nouveau gouvernement fédéral ne «tablette» pas ce rapport comme celui de la Commission Erasmus-Dussault!

Il est temps que ce génocide culturel, longtemps teinté d’hypocrisie, qui a détruit les institutions politiques et sociales d’un peuple, prenne fin. Se faire voler ses terres n’est jamais agréable, mais se voir interdire de parler sa langue, de pratiquer sa spiritualité et, surtout, être amené à perdre l’estime de soi sont les pires actions que puisse vivre un être humain.

Même si ce sont de tristes références, il est important que les non-Autochtones sachent qu’au début du siècle dernier, les personnes qui ont mis en place le clivage des populations noire et blanche en Afrique du Sud sont venues au Canada pour s’inspirer de la Loi sur les Indiens et du «concept des réserves». Ils doivent aussi savoir que l’appellation «Vérité et réconciliation», c’est le nom donné au processus qui a suivi l’apartheid, il y a un peu plus de deux décennies.

Ce rapport, avec ce qu’il dénonce, montre hors de tout doute l’importance d’un lieu d’échange, de partage et de rapprochement des peuples autochtones et non-autochtones, comme La Maison amérindienne de Mont-Saint-Hilaire. Il est malheureux de voir que de simples citoyens et même des élus doutent, encore aujourd’hui, de l’importance d’une telle institution, qui met de l’avant un projet de société rassembleur. Souhaitons que ce rapport aide, à sa façon, à rétablir des ponts entre les deux communautés, comme La Maison amérindienne le fait avec succès depuis plus de 15 ans. N’oublions jamais que tout le monde a le droit de vivre dans la dignité. À l’approche de Noël, recevoir les Syriens à bras ouverts avec des tuques, c’est bien, mais il ne faut pas oublier que les Autochtones «grelottent» depuis 150 ans! Se coller à eux ne peut que faire du bien à tout le monde.
André Michel, Peintre-sculpteur Fondateur de La Maison amérindienne

La TÉLUQ, ouverte ou fermée?

Monsieur le ministre de l’Éducation,
J’ai eu la désagréable surprise récemment de lire dans les journaux que vous envisagez de fermer la TÉLUQ, institution universitaire où je souhaite terminer le diplôme que j’ai entrepris à la TÉLUQ-UQAM!

Pouvez-vous me rassurer sur deux points, s’il vous plaît :

  1. Que je pourrai effectivement terminer mon diplôme à la TÉLUQ.
  2. Que ce diplôme sera reconnu à sa juste valeur après que vous aurez envisagé publiquement la fermeture de la TÉLUQ.

Veuillez agréer, monsieur le ministre de l’Éducation, l’expression de ma vive inquiétude et de mon déplaisir sur vos réflexions à voix haute inappropriées.
France Bélanger, Montréal

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!