Métro Comment déjouer les fraudeurs au téléphone?

Des renseignements utiles pour les fraudeurs… sur le site de l’OPC

Vous trouvez sur votre boîte vocale un appel d’une compagnie qui se fait appeler TCR et vous dit que vous devez la rappeler à propos d’un certain numéro de référence. Vous vous demandez bien ce que c’est, mais vous êtes méfiant, car il y a bien des fraudeurs qui prétendent vous aider à faire annuler une fausse carte de crédit établie à votre nom et, en vous demandant des renseignements, ils en créent justement une. Vous laissez donc faire et n’appelez pas.

Quelques jours plus tard, vous entendez sur votre répondeur le même message, alors que vous êtes dans la maison. Vous décidez de décrocher et de demander à la personne de quoi il s’agit. La personne vous dit qu’elle travaille pour une agence de recouvrement et que vous devez de l’argent à la Scotia. Jamais de votre vie vous n’avez fait affaire avec cette banque. La personne change son fusil d’épaule et dit que vous avez plutôt des dettes envers Sears (la majorité des consommateurs font affaire un jour ou l’autre avec cette compagnie). Ça tombe mal, vous avez mis fin à vos relations avec cette compagnie il y a plus de cinq ans et tous vos comptes étaient en ordre.

La personne dit que vous pouvez affirmer ce que vous voulez. Vous lui demandez : mais quelles sont vos preuves? Elle répond qu’elle peut vous les faire parvenir par écrit comme elle l’a déjà fait. Mais vous n’avez jamais rien reçu par écrit. Elle répond alors qu’elle n’a pas votre adresse. Comment peut-elle vous avoir déjà écrit si elle n’a pas votre adresse? Vous lui dites de vous oublier et vous raccrochez. Mais la supposée compagnie vous rappelle quatre fois par semaine sous différents noms (ATC, AIT, TCR, etc.), soit avec des appels robotisés, soit avec des appels effectués par une personne humaine.

Quand vous cherchez vos recours sur le site de l’Office de protection des consommateurs (OPC), on vous dit que vous pouvez demander à la firme de vous faire parvenir un avis détaillé à votre adresse et qu’après vous pourrez exiger qu’elle ne vous rappelle plus. Mais, c’est justement ce qu’il ne faut pas faire quand vous savez que vous avez affaire à un fraudeur, car il n’attend que ce renseignement pour créer un faux compte de crédit à votre nom.

Les règles relatives aux appels précisent quand il est possible d’appeler et quand il est interdit de le faire. Les fraudeurs y font donc attention et n’appellent pas en dehors des moments permis. Les règles concernant le message à laisser au répondeur stipulent ceci : «Le nom de l’agence de recouvrement peut être mentionné dans le message, mais sans laisser entendre qu’il s’agit d’une agence de recouvrement. Par exemple, on ne pourrait pas vous demander de téléphoner à l’agence de recouvrement ABC. Par contre, on pourrait vous demander de téléphoner chez ABC.» Comme le hasard fait bien les choses, les compagnies qui essaient de vous subtiliser vos renseignements donnent toujours trois lettres comme nom de compagnie (manquant d’imagination, elles copient servilement le modèle laissé sur le site de l’Office).

Quoi qu’il en soit, ne donnez jamais votre adresse à une prétendue compagnie que vous ne connaissez pas, puisque vous savez bien que vous ne lui devez rien. Ne leur permettez pas de créer un faux compte de crédit à votre nom.

Francis Lagacé

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!