Getty La Belgique est en deuil national pour trois jours, à la suite des attentats de mardi.

Pour Bruxelles

Dans la Bruxelles matinale
C’était une journée banale
T’étais rêveur pas soldat
T’allais au boulot pas
au combat
T’avais sûrement dit
à ta femme
«Je rentre pas tard, à ce soir»
T’aurais pu traîner un peu
Perdre une minute sous
le ciel bleu
C’est le hasard le destin
Ta vie s’arrête ce matin

Mais le plus terrible vraiment
C’est pour ceux qui vont vivre sans
Un papa une maman
Un frangin qu’ils aimaient tant
Ce mépris de la vie humaine
N’est écrit sur aucune page
C’est de la violence et
de la haine
À l’évidence pas du courage
Les hommes naissent libres et égaux
Certains naissent cons
c’est pas nouveau

Alors non ça ne sert pas
à rien
De faire des dessins
des refrains
D’illuminer la tour Eiffel
Aux couleurs du drapeau belge
De boire des cafés
comme avant
Dans les rues du Bataclan
D’allumer briquets
et bougies
En souvenir d’Hervé Gourdel
De brandir «Je suis Charlie»
«Je suis Tunis»
«Je suis Bruxelles»

Ne pas avoir peur
ce serait fou
Mais à trop trembler
on vit à genoux
Et c’est quand elle
est attaquée
Qu’on se rappelle
la chance que c’est
De respirer la liberté
De marcher libre
dans les allées
Avec dans le cœur à jamais
L’image de ceux qui
sont tombés
Qu’étaient rêveurs
pas soldats
Qu’allaient au boulot
pas au combat
François Crimon,  26 ans, Paris

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!