Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Le ministre Francois Blais

Programme Objectif emploi : un mépris total des droits de la personne

Le gouvernement Couillard est sur le point d’adopter le projet de loi 70, instaurant l’obligation pour les premiers demandeurs d’aide sociale de participer à des mesures d’employabilité, sous peine de pénalités pouvant s’élever jusqu’à 224 $ par mois, sur une prestation de 623 $.

M. Blais, contraindre à ces mesures des personnes qui vivent des problèmes de santé mentale non diagnostiqués, des difficultés liées à la toxicomanie, des épisodes de rupture de tout ordre, c’est les mettre en échec et les jeter à la rue. Ces personnes ont plutôt besoin de temps et de ressources pour s’en sortir, à leur rythme. C’est d’ailleurs le message que vous ont envoyé 300 universitaires cette semaine.

Quels seront les impacts du programme Objectif emploi? Pour les quelques individus qui se retrouveront un emploi (probablement sous-payé), combien de personnes glisseront vers une situation d’itinérance ou de détresse psychologique extrême? M. Blais, votre mépris des droits de la personne les plus élémentaires est révoltant. C’est pourquoi je souhaite, au même titre que la plupart des citoyens et citoyennes, voir le retrait de ce projet de loi inhumain et discriminatoire.

Françoise Laforce-Lafontaine, Québec

Qui appuie le projet de loi 70?

La liste des gens qui s’opposent à Objectif emploi est plutôt longue : les groupes communautaires qui travaillent de près ou de loin avec les personnes assistées sociales, les groupes en employabilité qui devront gérer l’insertion sur le marché du travail, le Syndicat de la fonction publique du Québec qui représente les agentEs d’aide sociale, la Protectrice du citoyen, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, les députéEs de l’opposition, le Barreau du Québec, plusieurs syndicats, les professeurEs et les chargéEs de cours universitaires, 750 signataires d’une pétition à l’Assemblée nationale, les personnes assistées sociales qui doivent déjà jongler avec un budget de crève-faim. En outre, dernièrement, plusieurs personnalités publiques ont ajouté leur voix à l’opposition à ce projet de loi déjà voué à l’échec.

Nous sommes plusieurs citoyenNEs ayant à cœur la justice sociale et l’égalité des chances à revendiquer une meilleure répartition des richesses. Parce que 623 $ par mois, ça ne se coupe juste pas. Non au projet de loi 70!

Monsieur Blais, outre les libéraux, dites-nous : qui appuie vraiment le projet de loi 70?

Mélanie Leblanc, Militante féministe, Lévis

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!