Métro Beaucoup de nouveaux diplômés seront appelés à faire de la pige.

Un rapport suggère de réduire de 30% le nombre d’étudiants à l’université. Est-ce une suggestion pertinente?

Au mois de mars dernier, Ken Coates, professeur à l’Université de Saskatchewan et titulaire de la chaire du Canada en innovation régionale, déposait un rapport (Career Ready: Toward a national strategy for the mobilization of Canadian potential) portant sur l’adéquation entre la formation universitaire et le marché du travail. Le rapport avait été produit à la requête du Conseil canadien des chefs d’entreprise.

Le rapport ne disait franchement rien de très nouveau, sauf pour une déclaration-choc qui a tout de suite retenu l’attention des médias. L’auteur suggérait que trop de nos jeunes choisissaient de fréquenter l’université plutôt que de suivre une formation technique dans un collège. À son avis, les programmes techniques répondent mieux aux besoins du marché du travail du XXIe siècle. Il recommande donc de conserver tel quel le budget alloué aux universités, tout en réduisant de 30% le nombre d’étudiants qui les fréquentent. À son avis, les étudiants exclus n’auraient probablement pas terminé leurs études de toute façon.

Évidemment, cette suggestion explosive a suscité de nombreuses critiques. L’institut Macdonald-Laurier d’Ottawa a donc organisé récemment un débat entre le professeur Coates et Lloyd Axworthy, ex-ministre bien connu et recteur de l’Université de Winnipeg jusqu’à l’an dernier. M. Axworthy s’est vivement opposé à toute réduction du nombre d’étudiants, préconisant au contraire un plus grand accès à l’université. Selon lui, tous ceux qui le peuvent et le désirent doivent pouvoir poursuivre des études universitaires et tenter d’obtenir un diplôme. Autrement, on au risque de limiter l’accès à l’université à une élite.

La position de M. Axworthy reflète bien celle de la plupart des intervenants du monde de l’éducation. Dans les écoles, les jeunes sont encouragés à continuer leurs études le plus longtemps possible, et être admis à l’université est l’objectif ultime. Nous croyons fermement au mythe voulant que le diplôme universitaire soit le meilleur gage d’une insertion réussie sur le marché du travail. Sans université, point de salut!

Or, cette croyance simpliste a des conséquences sérieuses. Plusieurs étudiants commencent des études universitaires seulement pour le quitter en cours de route. Selon les derniers chiffres, c’est le cas, par exemple, de 22% des étudiants en génie et de 30% des étudiants des beaux-arts. Ces étudiants se retrouveront dans d’autres programmes de formation, souvent au cégep plutôt qu’à l’université, après un détour difficile par un domaine qui n’était pas pour eux.

De plus, environ un diplômé universitaire sur trois a complété un programme de formation présentant peu de débouchés d’emploi. Comme je l’ai déjà dit dans une chronique précédente, ces jeunes surscolarisés occupent des emplois qui ne nécessitent pas de formation universitaire, et leur diplôme ne leur rapporte donc rien.

Quand on considère ces réalités, la suggestion du professeur Coates ne paraît soudainement pas si choquante, bien qu’il faille bien sûr la préciser.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!