Josie Desmarais/Métro Jean-François Lisée

Le dicton veut que l’on ne tire pas sur les ambulances. Bien d’accord. Même quand il est tentant de clamer, à la bravade, un «je vous l’avais dit!» bien senti.

Les habitué(e)s de cette chronique savent à quel point le chef du Parti québécois en a fait les frais, et ce, possiblement plus souvent qu’à son tour. Rien contre l’individu à titre perso. Bien qu’il soit convenu de le trouver fendant et égocentrique, m’en fiche, bien honnêtement. Pas d’opinion sur le sujet, même.

Plus que ça, quand j’y pense: faudra un jour arrêter de faire du cirque politique un concours de pure popularité. Parce qu’à ce jeu, bien franchement, ceux qui l’emportent sont bien souvent des bêtes de scène dénuées du moindre petit contenu. Alors qu’un dirigeant, cultivé et brillant ait des allures de têtes à claques, sérieux, m’en fous. Il serait peut-être temps, je dis ça de même, que l’on évalue nos politiciens pour ce qu’ils produisent politiquement, show de boucane en moins.

Jean-François Lisée appartient à cette dernière catégorie. Celle des dirigeants qui ne se feront jamais arrêter pour excès de charisme mais jouant, néanmoins, un rôle social essentiel: celui d’amener des idées au moulin de la discussion politique. On parle d’un journaliste doué, d’un auteur prolifique au succès certain. Idem quant à son expérience de blogueur. En bref, un intellectuel public qui, au contraire de beaucoup d’autres, s’investit sans honte dans le grand zoo du débat public.

Profil plus qu’intéressant, en théorie, donc. Mais il y évidemment un «mais». Énorme, d’ailleurs. Lisée semble avoir adopté, depuis son retour politique, la maxime de Beigbeder: «Ne pas prendre les gens pour des cons, mais ne jamais oublier qu’ils le sont». Une idée un jour, une autre le lendemain. Le problème? L’une et l’autre sont… contradictoires. Comment, pour seul exemple, courtiser à la fois le vote de Québec solidaire et celui de la CAQ? En cassant du sucre sur le dos des minorités religieuses le lundi, et s’auto-proclamer progressiste le mardi. Chaque discours sa journée, donc. Idem pour la question nationale. N’est-il pas ironique d’entendre le cri du coeur de Lisée aux indépendantistes, il y a quelques semaines, alors que lui-même a balancé le projet aux quasi-oubliettes? Si le terme «girouette» n’avait pas été banni de l’Assemblée nationale il y a quelques années, le chef du PQ en aurait été affublé, quotidiennement, par ses adversaires (de l’intérieur et extérieur de son parti).

Plus grave, d’ailleurs, constitue sa propension maladive à la mauvaise foi intellectuelle, aux coups salauds et hypocrites. Rappellez-vous la dernière campagne au leadership où, profitant de l’hystérie collective pompée par lui-même et quelques chroniqueurs identitaires, il alla jusqu’à alarmer la population des dangers afférent à la burqua, laquelle cacherait potentiellement un….AK-47. Pressé par Le Devoir d’indiquer d’où il tenait l’info, Lisée pointe vers l’Afrique, suggérant au journaliste de faire ses devoirs: «En Afrique, les AK47 sous les burqas, c’est avéré là. Mais moi, ce qui me préoccupe et ce qui préoccupe les policiers européens, c’est l’incapacité de repérer dans une foule des suspects qui ont commis ou qui [pourraient] commettre [un attentat] […] » Et à la question du journaliste «est-ce que les policiers réclament [l’interdiction de la burqa ou du niqab]?», Lisée rétorque: «Avez-vous parlé aux policiers? Faites votre travail: parlez-leur, écoutez-les! Oui, je me suis renseigné sur ces questions-là». Résultat? Fake news ou, dit moins poliment, grosse bullshit policienne. Tout ça pour exciter encore davantage les masses en jouant la carte islamophobe.

Les autres illustrations du type sont trop nombreuses pour en faire la nomenclature, mais rappelons (parce que le principal intéressé aimerait justement qu’on les oublie) ses tergiversations afférentes à la Charte des valeurs, reniée depuis par JFL, malgré que ce dernier ait écrit une lettre dans le New York Times la qualifiant de «Quebec’s Jefferson moments». Juste ça. Juste dans le New York Times. Ou encore, quelques années avant, sa proposition visant à retirer divers droits démocratiques aux anglos-Québécois et allophones ne maitrisant pas suffisamment le français. «Ça se fait ailleurs dans le monde!», de tonner Lisée. Ah oui, où ça? «Euh….dans un archipel finlandais». Vous m’en direz tant.

On se souvient, enfin, les outrageux propos tenus cet été en rapport aux demandeurs d’asile haïtiens, lesquels étaient, à son avis, les «invités de Trudeau». Pire encore, l’argent consacré à ceux-ci aurait pu être consacré à «donner des bains supplémentaires à nos aînés». Qui dit mieux, côté démagogie? Et votre Québec indépendant, M. Lisée, fermerait-il la porte aux demandeurs d’asile, violant dès lors ses obligations internationales?

Dernière affaire: les jambettes vicieuses balancées à Cloutier lors de la récente course à la chefferie. Comparer son adversaire à Charkaoui, sérieux? Et attaquer celui-ci pour avoir souhaité «bonne fin de ramadan aux musulmans du Québec»? Sans farce, là. «Nous sommes laïcs, ici», de justifier Lisée. Excellent. À la prochaine carte de Noël envoyée par un politicien, on s’insurge, d’accord?

***

Morale de l’histoire? La récente débandade du Parti québécois se veut, en quelque sorte, le boomerang qui lui revient de plein fouet sur la tronche. Oui, le bateau coulait lentement déjà, et ce, depuis quelques années. Mais de préférer Lisée à Cloutier, jugé trop «mou» sur les questions identitaires, risque de s’avérer une erreur fatale. Parce que prendre les gens pour des imbéciles comporte son lot d’écueils. Notamment pour que nos mensonges et autres effronteries démagogiques nous sautent, un jour, en pleine face. Que les électeurs aillent voir ailleurs, et que notre caucus en fasse autant.

Désolant. Surtout que l’homme aurait pu mettre au service de notre démocratie sa culture, expérience et intellect. Du gâchis pur.

F_berard@twitter.com

Aussi dans In Libro Veritas :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!