Le sociofinancement permet aux rêves les plus fous de se réaliser. Pour quelques dollars, vous pouvez participer à la conception d’un tout nouveau produit qui changera le monde! Les campagnes de sociofinancement innovantes et excitantes sont, presque à coup sur, des succès viraux. Voici le petit nouveau:

Le produit dans la vidéo ci-haut est la bouteille d’eau mise au point par l’entreprise autrichienne Fontus. L’entreprise promet une bouteille d’eau «sans fin», puisqu’elle produit de l’eau, à l’aide d’un panneau solaire et d’un petit moteur. La campagne de Fontus sur Indiegogo a atteint plus de 321 000$, soit plus de 1000% de son objectif initial de 30 000$.

Impressionnant!

Mais voici ce qui a fait sourciller l’inspecteur:

Capture d’écran 2016-05-05 à 10.35.11

Hmmmmmmm… le sixième sens de l’inspecteur viral vient de déclencher.

spiderman-in-age-of-ultron-my-spider-sense-is-tingling-gif-278916

Le principe derrière la bouteille Fontus est bien connu. Quand on refroidit de l’air, l’humidité qu’elle contient se condense, et on obtient de l’eau liquide. Les déshumidificateurs (mot très amusant à dire à voix haute) fonctionnent d’ailleurs sous ce même principe.

D’après la page Indiegogo de Fontus, à l’aide d’un petit moteur et d’un refroidisseur miniature, la bouteille peut produire 500 ml d’eau par heure à un taux d’humidité ambiant de 60% et une température de 30 degrés Celsius (86°F).

L’inspecteur a trouvé un modèle de déshumidificateur industriel qui retire 25 pintes (près de 12 litres) dans des conditions ambiantes de 80°F et de 60% d’humidité, ce qui donne presque exactement 500 ml par heure, soit ce que Fontus prétend pouvoir produire avec sa bouteille dans des conditions semblables. Le déshumidificateur en question, le Friedrich D25BNP, a l’air de ça:

Capture d’écran 2016-05-05 à 10.49.58

De plus, il consomme 240 watts d’électricité à 110 ou 120 volts. C’est assez impossible de produire autant d’électricité avec le petit panneau solaire d’un pied carré inclus avec la bouteille Fontus. Voici un panneau solaire qui produit 85 watts à 12 volts. Il mesure 1m x 60 cm et pèse 8,8 kg.

Pas très pratique pour faire du vélo!

Mais bon, vous direz peut-être que 1) le but d’un déshumidificateur n’est pas de produire de l’eau, mais de régler l’humidité ambiante, et 2) les concepteurs de Fontus affirment avoir inventé un processus beaucoup plus efficace que la technologie existante.

D’accord, l’inspecteur vous l’accorde. Mais si Fontus a réussi à créer une machine aussi efficace que le déshumidificateur monstre que vous voyez plus haut, tout en étant si miniaturisé qu’on peut l’installer dans une bouteille d’eau… eh bien c’est révolutionnaire. C’est aux armées et à la Croix-Rouge de ce monde qu’ils doivent tenter de vendre leur bidule miraculeux, et non pas aux cyclistes.

L’entreprise se ravise… genre

Mais bon, l’inspecteur a d’ailleurs vu que l’entreprise a répondu jeudi dernier aux critiques sur le forum Metabunk (une gang de casseux de party qui aiment poser trop de questions comme l’inspecteur). C’est que les sceptiques sur le forum tentaient, tout comme l’inspecteur, de démontrer qu’il est physiquement impossible de produire autant d’eau avec un si petit dispositif, alimenté à l’énergie solaire, de surcroît.

Fontus a semblé vouloir se distancier des affirmations miraculeuses qui ont fait de leur bouteille un succès viral. Quelques extraits de leur réponse (l’inspecteur a mis quelques phrases-clé en gras):

«Le projet Fontus était à l’origine un exercice de design industriel à l’université d’Arts appliqués de Vienne. […] À l’origine, nos calculs de production d’eau dans de conditions optimales étaient simplement cela: des calculs. Cependant, à l’époque, nous nous concentrions davantage sur le design et sur le concept de la bouteille que sur la technologie elle-même. Ceci est un fait très important qui est souvent ignoré: les paramètres du concept original ne représentent pas les paramètres du produit final

Fontus explique alors que son concept est devenu viral malgré elle sur les réseaux sociaux, et que l’entreprise a décidé d’aller de l’avant avec une campagne de sociofinancement pour en tirer avantage (faudrait être nono de ne pas le faire, quand même).

«Encore une fois, les graphiques et les images sur notre page de sociofinancement sont basés sur nos toutes premières expériences et ne servent qu’à illustrer le concept. C’est clairement indiqué sur la page de notre campagne. Les valeurs indiquées ne représentent pas le produit final. […] Lorsque les paramètres de production d’eau seront finalisés selon les conditions atmosphériques, nous allons faire part de ces résultats à ceux qui ont participé à notre campagne.»

Et, oui, voici un avertissement qui apparaît sur la page Indiegogo de Fontus:

«Nous voulons déclarer que tous les graphiques, images et vidéos servent seulement à illustrer le concept, et ne représentent pas des donnés détaillés ou précises sur les résultats du produit final.»

Mouain. C’est pas mal moins cool que «cette bouteille produit 500 ml d’eau par heure» et «l’entreprise a mis au point un prototype qui fonctionne».

disappointed-gif_2

Sur cette page, le président de Fontus affirme avoir réussi à produire… une goutte d’eau par minute. Une goutte d’eau, c’est à peu près 5% de 1 ml. À cette vitesse, il faudrait plus de 166 heures pour générer 500 ml d’eau. Peut-être que la jeune entreprise a amélioré sa technologie? L’inspecteur l’espère pour eux!

L’inspecteur viral a envoyé un courriel à l’entreprise, leur demandant s’ils ont, oui ou non, un prototype fonctionnel qui produit 500 ml d’eau par heure. Il attend toujours une réponse.

Pour le moment, donc, rien n’indique que cette bouteille fonctionne comme on le prétend dans la vidéo plus haut.

Désolé! #PartyPooper

Aussi dans Inspecteur viral :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!