C’est la folie furieuse!

L’application Pokémon Go est maintenant le champion incontesté du moment en téléphonie mobile. Le jeu dépasse maintenant l’application de rencontres Tinder, et supplante même Google maps (ce qui est assez comique, étant donné que le jeu fonctionne avec Google maps…). Une semaine seulement après sa sortie.

Bref, Pokémon Go est un succès monstre (hihihi) indéniable.

Mais voilà qu’on affirme que le jeu est plus populaire que… la pornographie sur internet? Quoi? Ça ne se peut pas… pourtant, c’est le compte Twitter d’un des plus gros sites de pornographie qui le dit:

«Félicitations Nintendo! Vous avez brisé l’internet. Pokémon Go est officiellement plus populaire que la porno!», a tweeté le site YouPorn. On voit une image de l’outil Google search trends, qui permet de comparer la popularité des recherches Google. Si on refait l’exercice, en comparant la popularité «Pokémon Go» et de «porn» au cours des sept derniers jours, on voit que ça semble être le cas:

Capture d’écran 2016-07-18 à 16.38.08

Quand même! On voit que «Pokémon Go» (en bleu) supplante facilement «porn» (en rouge). Voilà! Pokémon Go est plus populaire que la porno!

Pas si vite.

On compare ici une recherche pour un jeu spécifique (Pokémon Go) à un mot-clé («porn»). C’est un peu comparer des pommes et des oranges. Combien de consommateurs de pornographie utilisent le mot-clé «porn» pour retrouver de la pornographie sur internet? Difficile de savoir, mais avouons que ce n’est sûrement pas la totalité.

Capture d’écran 2016-07-18 à 16.59.56

En fait, si on rajoute le mot-clé «xxx» (en jaune), souvent associé à la porno, on voit que les recherches associées aux deux mots-clés additionnées ensemble dépassent assez aisément Pokémon Go. Et ce ne sont que deux mots-clés associés à la pornographie parmi des milliers d’autres (l’inspecteur laisse le reste à votre imagination).

En fait, le site Survey Monkey estimait vendredi dernier qu’il y avait 25 millions d’utilisateurs de Pokémon Go aux États-Unis. Wow!

Par contre, dans son bilan annuel (on informe l’inspecteur qu’il ne peut pas envoyer un lien vers un site porno à partir du site du journal Métro, mais recherchez «Pornhub’s year in review» dans Google, et, de grâce, ne le faites pas au travail!!!), le site PornHub déclarait avoir généré pas moins de 87 MILLIARDS de visionnements de vidéos en 2015, dont 41% aux États-Unis. C’est 35,67 milliards de visionnements, juste aux États-Unis.

Il y a 278 000 000 d’adultes de plus de 18 ans aux États-Unis. Cela donne 143 vidéos visionnées par Américain adulte (c’est juste pour des adultes!) par année.

Ou un peu plus d’une vidéo visionnée aux trois jours par adulte, tous âges confondus, dans ce pays.

Et ce n’est qu’un seul parmi des milliers de sites de pornographie au monde.

Bref, la porno, c’est populaire en wistiti!

Mais le fait que Pokémon Go dépasse «porno» en popularité de recherches Google, c’est assez fou, non?

Quand même!

Sauf que «Pokémon Go» se fait battre par «how to» («comment faire», un terme de recherche assez commun, en jaune):

Capture d’écran 2016-07-18 à 16.39.02

Qui se fait assez solidement battre par «youtube» (en vert). On ne parle pas ici du site Youtube, mais simplement de gens qui recherchent le mot «youtube» dans Google!:

Capture d’écran 2016-07-18 à 16.39.24

Mais ce n’est rien à côté du terme de recherche «Facebook» (en mauve), qui écrase tout sur son passage:

Capture d’écran 2016-07-18 à 16.39.48

Alors voilà! On a appris que certains sites ont pris un peu trop au sérieux une blague lancée par un site porno, on a appris que la porno est incroyablement populaire, et on a appris que beaucoup de gens sont tellement paresseux qu’ils préfèrent écrire «Facebook» dans Google, plutôt que de se mettre un marque-page.

On va se coucher moins niaiseux ce soir!

Aussi dans Inspecteur viral :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!