collaboration spéciale Les compétitions de eSports attirent les foules dans de grands amphithéâtres, exactement comme les grands événements sportifs des ligues professionnelles.

La chaîne de sports américaine ESPN2 a créé la controverse le 26 avril dernier en diffusant, à heure de grande écoute, la finale d’un tournoi de jeu vidéo. Certains applaudissent l’audace: après tout, c’est la première fois qu’un tournoi de sports numériques (eSports) fait l’objet d’une télédiffusion. D’autres sont outrés de voir leurs buts, dunks ou touchés être remplacés par des gamers d’âge collégial, rivés à leurs écrans, qui se battent pour le titre de champion du jeu Heros of the Storm.

Des millions de dollars en jeu
Qu’on soit intéressé ou pas, on ne peut plus ignorer le phénomène des eSports. On estime que les revenus générés par cette industrie en 2014 seulement dépassent le milliard de dollars. Et ce n’est que le début. L’intérêt est si grand que la diffusion web de la finale du tournoi League of Legends a attiré plus de spectateurs que la diffusion télé du match décisif des séries mondiales au baseball. Il n’y a pas que l’intérêt qui est grand, les enjeux le sont aussi. Les équipes qui se sont classées dans le top trois du plus récent tournoi Dota 2 se sont partagé la rondelette somme de 11M$, dont 5M$ pour l’équipe qui a fini première.

Foules, vedettes et commanditaires
Un tournoi de eSports, c’est presque toujours un événement physique où les gamers compétitionnent côte à côte. En équipe ou en solo, chaque tournoi a ses règles et ses rondes d’éliminations. Les juges et les arbitres supervisent et tranchent quand se présentent des cas litigieux, ce qui donne de la légitimité à l’exercice. Les foules accourent pour voir les stars des eSports rivaliser entre elles. On remplit des superamphithéâtres, comme le Staples Center, avec des fans qui collectionnent les autographes et les égoportraits. Le gamer slovaque Erik Lestach, qui bénéficie d’une importante commandite de Red Bull, est probablement le plus populaire de tous les «athlètes» de eSports. Ces commanditaires donnent aussi aux organisateurs les moyens de leurs ambitions. Des géants comme Nintendo soutiennent à grands frais des tournois de leur jeu Super Smash Bros.

ESPN a donc flairé la bonne affaire. Plus tôt cet automne, son président, John Skipper, avait nié avoir l’intention de mettre en ondes des tournois de jeux vidéo. Pour lui, il s’agissait d’une compétition, certes, mais pas d’un sport. Quelques mois plus tard, force est d’admettre qu’il a changé d’avis pour de bon, puisque deux autres tournois de eSports doivent être télédiffusés sur les ondes de ESPN cette année. Entre les tournois de poker, les compétitions canines et les darts, les eSports vont certainement trouver leur place sur les chaînes secondaires et tertiaires de nos réseaux sportifs. Reste à voir si les téléspectateurs seront conquis.

Aussi dans Jeux vidéos :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!