Mes hommages. Cette semaine, on apprenait qu’un (autre) groupe d’étudiantes du secondaire de Québec entreprenait l’audacieuse démarche de mettre la hache dans l’injustice du code des Pays d’en haut, ou plutôt dans le code vestimentaire, une petite affaire restrictive des écoles publiques qui vise tout particulièrement les jeunes filles en les confinant délicatement dans un sexisme rassurant.

Qui ne s’est jamais endor­­mi, bonnet de flanelle au crâne et petits orteils retroussés sous la couette bien chaude, avec la réconfortante pensée que nul mamelon (OU PIRE, SON RELIEF SUGGÉRÉ) n’entrerait en contact avec sa fragile rétine, le jour venu? Hum? Doux, doux sommeil du juste.

Comme chaque fois qu’il est question de bretelles spaghetti, de cuisses exposées à la lumière du jour ou de l’outrageante revendication de jeunes filles – et de toute femme – du droit de ne pas porter de soutien-gorge si ça leur dit, moult sourcils se dressent dans des fronts qui n’aiment pas être brusqués. Des fronts qui se plissent, qui perlent et qui steament des pores en égrainant leur chapelet à la vue d’une épaule dévoilée ou d’un galbe-surprise.

Comme chaque fois qu’il est question du corps des jeunes filles, des corps qui, apparemment, nous appartiennent collectivement, la sauce a tourné et le hot chicken a déçu mamie. Cachez ces corps, ces courbes et ces excite-bolognes que nous ne saurions voir, ensorceleuses! Ces jeunes filles de Québec ne revendiquent pourtant pas le droit de se pointer le mont de Vénus à l’air à leur cours de trigonométrie. Elles revendiquent l’égalité. Un début. Le droit de se vêtir, le matin, sans craindre de se faire invectiver d’agace-pépite ou de dérangeuses de professeurs qui, eux, essaient d’enseigner. Parce qu’en plus de déconcentrer leurs camarades masculins, le corps des jeunes filles mine apparemment les monsieurs, aussi. C’est ben achalant!

Balayer, avec la grâce d’un cygne, la faute dans le jardin des femmes. Toujours.

Bien entendu, on a vite fait de se lover dans la nostalgie des uniformes pour tous, des chemisiers de jute et des abat-jour géants qui nous garderaient de deviner tout bourgeon de femme sous un gaminet d’écolière (c’est bien connu, nul ne peut saisir la règle des participes passés employés avec le verbe être à la vue d’une hanche naissante). N’a-t-on pas MILLE FOIS décrié, avec marionnettes, délicatesse-empathie, compréhension et écoute asservie, l’objectification du corps des femmes? Bien avant la crisette de la camisole. Bien avant ce short «trop court» pour les goûts de Jacquelin. Avant ce mamelon dressé par un courant d’air d’école mal chauffée. Le corps des jeunes filles, tout comme celui des femmes, n’appartient à personne. Ni à Jacquelin. Ni à Marthe. Ni à toute personne qui estime savoir comment «les affaires» devraient marcher.

Alors oui. Absolument. Ces étudiantes de Québec sont victimes de discrimination. Nous le sommes toutes. Des bancs d’école à ceux du parc. Qu’importe la brise, on nous scrute. On détermine la longueur acceptable d’un duvet d’aisselle. D’une petite lèvre qui dépasse ou d’une jupe trop risquée. Si ces jeunes femmes ont envie de se déchirer le tisheurte, qu’on transforme les retailles en confettis. Je paye les chips et la fanfare. La bise.

Aussi dans La bise :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!