ICI Radio-Canada Télé Lancement d'ICI Radio-Canada Télé, automne 2016

Nouvelle saison télé, nouveaux spins médiatiques pour gagner la guerre des cotes d’écoute avant même les premières diffusions.

C’est un peu toujours la même rengaine avant la rentrée télé. Les diffuseurs font des lancements médiatiques, ils envoient des courriels de promos pour les nouvelles émissions et les têtes d’affiche de la programmation font la ronde des entrevues. La routine du chroniqueur culturel/télé à cette période de l’année : passer le mot.

Passer le mot sur les émissions à surveiller, passer le mot sur des anecdotes de tournage, passer le mot sur des intrigues à dévoiler durant la saison. Passer le mot… ou encore faire partie de la machine promotionnelle des diffuseurs.

Il est un peu là mon problème. Souvent, les chroniqueurs et les «passeux de mots» sont aussi les mêmes qui sont appelés à faire la critique de ces productions quelques semaines plus tard. Comme une main nourrit l’autre, les critiques négatives sont mal reçues et, forcément, moins fréquentes.

J’y vois un problème. Une certaine forme de complaisance qui rend notre télévision paresseuse, convenue et frileuse.

Pourquoi me demanderez-vous? Parce qu’on peut servir des émissions fades au public sans qu’une critique vienne remettre les pendules à l’heure. Quand ton critique arrondit son salaire en «passant le mot», il s’expose à une certaine forme de dépendance par rapport aux diffuseurs. Si les producteurs sortent le critique de la boucle promotionnelle, il ne peut plus par après faire la critique et son travail plus journalistique est amputé.

Un cercle vicieux alimenté par la soif de popularité, l’appât du clic.

C’est pourquoi depuis le début de la semaine on nous parle de la mort probable de Marie Lamontagne et des risques de tourner nu pour MusiquePlus.

Je suis possiblement le grincheux de service, mais j’apprécie quand notre culture est critiquée de façon neutre. Ainsi, la crème s’élèvera forcément, sans devoir nous enfoncer de nouveaux projets dans le fond de la gorge.

Le risque de la convergence, c’est aussi ça et ce n’est pas exclusif aux médias de Québecor.

Soyez vigilants et ne croyez pas tout ce que les «passeux de mots» vous disent.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!