TVA L'imposteur

Après deux épisodes, je ne sais pas sur quel pied danser par rapport à la nouveauté de TVA L’imposteur, relayée le lundi soir à 21h00.

D’un côté, je suis vraiment heureux de revoir Marc-André Grondin à l’écran. Il est au centre d’une distribution très solide pour cette proposition et là-dessus, la barre est haute. Grondin est bien entouré et peut naviguer en eaux troubles avec un personnage complexe sans avoir le fardeau de porter la série à lui seul.

Ça va de ce côté.

Esthétiquement, c’est léché, un super travail. Le rythme est bon, on embarque rapidement dans l’ambiance.

Le problème doit forcément être avec le récit parce que vite comme ça, je ne trouve pas d’autre coupable.

Après deux épisodes, on ne sait à peu près rien de cet imposteur qu’est Marc-André Grondin et c’est un problème. Je comprends l’attrait de dévoiler délicatement son récit, c’est une formule éprouvée, sauf que l’on doit accrocher son spectateur avant de lui déballer de l’info au compte-gouttes.

Jusqu’ici, l’Imposteur n’a pas réussi à nous accrocher. On arrive dans un univers hostile avec un personnage mystérieux et l’information est retenue pour nous surprendre. Par exemple, on nous balance une adoption en plein milieu du deuxième épisode pour nous mettre sur une piste de qui est «l’autre» Marc-André Grondin. Juste comme ça, sans l’installer avant.

On veut nous faire vivre une aventure dans la découverte de cette autre vie, mais on n’établit pas les bases avant de nous lancer dans le vide. Difficile d’être réceptif à la proposition de cette façon.

Je vous parlais de Mr. Robot cette semaine qui défie les conventions en envoyant des courbes narratives à son public en plein milieu de la saison. On sent le désir d’emprunter une mécanique similaire chez l’Imposteur, mais l’effet n’est pas là, on se sent pas interpellé.

Sans vous vendre de mèche, les revirements de situations pour terminer les épisodes sont trop à l’ouest pour être captivants. Il manque un certain agent de liaison, quelque chose dans l’histoire qui nous donnerait envie de savoir pourquoi tout ça arrive.

Peut-être que ça va venir plus tard, mais pour l’instant on ne peut pas dire que l’Imposteur est un incontournable.

C’est beau, c’est bon, mais quelque chose cloche dans le dévoilement du récit.

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus