ICI Radio-Canada Télé / Capture d'écran Mélanie Joly à Tout le monde en parle

Bon, je vais me sentir une fois de plus comme un vieux disque qui saute, mais le passage d’une politicienne sur le plateau de Tout le monde en parle m’a agacé dimanche soir – parce qu’une fois de plus, on offre une tribune en or à une figure publique pour qu’elle puisse faire jouer sa cassette sans confrontation devant un très large auditoire.

Mais pourquoi faire cette faveur à nos politiciens?

Premièrement, ça ne donne même pas de la bonne télévision. Les questions sont évitées, les réponses télégraphiées et l’apprentissage du public est minime, au mieux. Un politicien ne donne jamais plus que l’infopub formatée et dévoilée par son parti pour le grand public.

Ensuite, c’est inévitablement partisan lorsqu’un politicien se prête ainsi au jeu. Nous ne dirons pas que Tout le monde en parle est une émission prolibérale qui endosse le gouvernement Trudeau, mais en recevant Mélanie Joly pour lui donner vingt minutes de monologue sur le plateau de l’une des émissions les plus populaires au Québec, on peut certainement accuser l’émission d’être de connivence avec la façon de faire des Libéraux.

Pour résumer son passage à l’émission : le gouvernement consulte et discute avec le Canada. Rien de plus, rien de moins.

Mélanie Joly était là pour marteler ce message avec toute son incompréhension des enjeux de l’explosion de l’offre numérique dans notre paysage culturel.

C’est fâchant et tellement pas surprenant, tout en même temps.

Fâchant parce qu’elle occupe un poste important dans notre gouvernement actuel et on s’attendrait à un minimum de maîtrise de ses dossiers. Au lieu de ça, elle nous offre une maîtrise certaine dans la mémorisation de ses notes de dossiers. On lance des chiffres, sans trop appuyer, des opinions du bout des lèvres et, surtout, des réponses ouvertement vides.

Et ce n’est pas surprenant parce que c’est souvent la même histoire. Un gouvernement en poste est en constante campagne de séduction, la télévision étant une vitrine positive pour leur message.

Je n’espère plus un plateau hostile à Tout le monde en parle, bien que retrouver un Fou du roi avec un peu de mordant et un animateur qui insiste un peu plus sur les questions difficiles serait grandement apprécié. Évidemment, le mandat de l’émission ne permet pas la même irrévérence qu’à La soirée est encore jeune, par exemple, mais un exercice un peu moins consensuel ferait vraiment du bien.

D’autant plus que Mélanie Joly, dans tout son message creux, se dit la grande représentante du rayonnement de notre culture – sauf que notre culture lui déroule un tapis rouge dès qu’elle se présente sur un plateau au lieu de justement la confronter avec les enjeux de ladite culture.

Une triste ironie et personne gagne, sauf peut-être Mélanie Joly qui se voit offrir une belle publicité en échange d’une soirée dans la grande tour de Montréal.

Plus ça change …

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus